10 des plus belles photos d’animaux sauvages de 2018

Souvenez-vous, l’année passée, nous vous parlions du concours Comedy Wild Life récompensant les photos d’animaux les plus drôles. Sachez qu’il existe de nombreux autres concours de photographie de la faune sauvage, dont le prestigieux Wildlife Photographer of the Year, organisé par Le Museum d’Histoire Naturelle de Londres et ouvert à tous. Les lauréats ont été révélés le 17 octobre dernier, et on vous en dévoile ici un petit aperçu qui égayera très certainement votre journée !

#1 : NoFilter

Deux chimpanzés dans la forêt

Voici le lauréat du concours : Marsel Van Oosten. Il a ainsi reçu le prix du Photographe de l’année avec cette magnifique photo de deux rhinopithèques de Roxellane. Ce cliché d’un mâle et d’une femelle de cette espèce en voie d’extinction a été pris en Chine. Ce fut un véritable défi de longue haleine pour le photographe que de capturer cet instant, ces singes sont en effet sans cesse en train de se déplacer d’arbre en arbre. Si ils sont décidés à prendre la pause, c’est parce qu’ils sont en train de regarder au loin une altercation entre deux autres mâles.

« Le couple doré » de Marsel Van Oosten, Prix du Photographe de l’année et Premier Prix Catégorie « Portraits d’animaux »

#2. Rêverie féline

Léopard assoupi les yeux ouverts sur une branche d'arbre

Comment ne pas craquer face à ce léopard rêvassant dans la réserve de Mashatu au Botswana, devant on ne sait quel magnifique paysage (ou peut-être pense-t-il simplement à son repas du soir !) ? Le jeune photographe Skye Meaker visitait le parc avec sa famille et a immortalisé la femelle Mathoja depuis son véhicule, elle qui somnolait depuis plusieurs minutes, ouvrant de temps à autre les yeux pour nous offrir ce magnifique cliché.

« Le léopard paresseux » de Skye Meaker, Prix du Jeune Photographe (15-17 ans) de nature 

#3. Duel

Deux cerfs se battant au clair de lune

Duel de rêve avec ces magnifiques cerfs en plein combat nocturne dans une lumière envoûtante que le photographe a eu la chance de capter, caché en bas de la vallée, alors qu’une tempête était en train de se propager à l’horizon de la forêt… Il ne manque que le son du rugissement féroce de ces animaux sauvages pour que la photo atteigne la perfection !

« Dream Duel » de Michel Oultremont. Prix Portfolio d’une étoile montante

#4. Le radeau des phoques

Vue de haut de phoques couchés sur la banquise

Voilà une photographie d’une beauté époustouflante. Cela nous montre des phoques crabiers d’Antarctique se reposant sur un morceau de banquise. Un repos difficile puisqu’en cette fin de saison estivale, les icebergs se font rares et les phoques crabiers sont obligés de se serrer. En effet, la glace leur est indispensable pour échapper aux prédateurs, élever leurs progénitures mais aussi se nourrir. Le photographe maniait son drone avec précaution et sans bruit sur un canot non loin de là pour pouvoir saisir cette instant de sieste paisible.

« Le radeau des phoques » de Cristobal Serrano, Prix dans la catégorie Animaux dans leur environnement

#5. Abeille défiante

Une abeille protégeant une armée de fourmis

Peut-être moins craquante pour certains, mais cette capture en Amazonie d’une abeille battant vigoureusement des ailes et protégeant une petite armée de fourmis n’en reste pas moins sublime. Elle défie le photographe du regard car elle est en train de protéger le miellat (que les fourmis utilisent pour se déplacer) offert par des nymphes de membracidés en remerciement de sa surveillance et de sa bienveillance ! Un comportement que le photographe a dû observer durant plusieurs jours pour parvenir à ce cliché parfait.

« Sous bonne garde » de Javier Aznar Gonzalez De Rueda, Prix du portfolio du photographe de nature

#6. Autographe

Jaguar grimpant sur un arbre

Ambiance magnétique avec ce jaguar gravant fièrement sa signature sur un tronc d’arbre dans l’Etat de Nayarit à l’ouest du Mexique. Alejandro Prieto n’est bien sûr pas perché sur l’arbre face à ce félin menaçant, il y avait placé son matériel photographique, à 6 mètres de haut, espérant obtenir un joli cliché de la vie secrète de la faune sauvage. Le jaguar reviendra 8 mois plus tard pour rafraîchir son marquage !

«Tout pour le jaguar : L’arbre à signatures» d’Alejandro Prieto, Prix du photojournaliste de nature

#7. « Sortez-nous de là »

Bébés buses dans une bouche

Adorables, ces petites buses cachées dans une canalisation d’eaux usées. Encore plus adorables quand on sait qu’elles ont été photographiées par un enfant, Arshdeep Singh, avec le matériel de son père dans le Penjab, en Inde. Ils étaient dans leur voiture, en vadrouille ornithologique, lorsque le petit garçon aperçut une chouette rentrer dans la canalisation. Espérant qu’ils avaient affaire là à un nid pour le moins original, il posa l’appareil photo sur la vitre et attendit que le bon cliché s’offre à lui.

«Chevêches des buses», Prix Jeunes photographes de nature : 10 ans et moins

#8. Enroulade

Serpent enroulé autour d'un tronc d'arbre sous l'eau

On pourrait croire que c’est le serpent qui a le dessus mais en réalité, s’il est enroulé de la sorte autour de cette énorme salamandre c’est qu’il est pris entre ses mâchoires ! Cette scène, à laquelle le photographe eut la chance d’assister par hasard, se passe dans les eaux de la rivière Tellico, au Tennessee. Le combat qui s’offrit à lui fut rude : la couleuvre semblait condamnée, mais elle réussira finalement à s’échapper sous ses yeux émerveillés…

« Le ménopome » de David Herasimtschuk, Prix Catégorie Comportement : amphibiens et reptiles

#9. Balade nocturne

Jeune ourse se baladant dans les rues la nuit

Ce cliché improbable a été pris par Marco Colombe, qui roulait simplement dans un petit village italien avec sa voiture sans se douter une seule seconde qu’il tomberait sur cette bébé ourse traversant la route… La pauvre est obligée de composer avec l’urbanisation qui envahit son territoire.

« Crossing Paths » de Marco Colombe, Prix Catégorie Vie sauvage urbaine

#10. Vampire

Et voilà la nature dans toute sa splendeur ! Avec cette photo de l’allemand Thomas Peschak prise sur les îles Galápagos, un pinson à bec pointu est en train de picorer les plumes d’un Fou de Grant pour en boire son sang. Cela est fréquent sur ces îles où la nourriture manque cruellement. Ces grands oiseaux n’ont d’autre choix que de se laisser faire, comme a pu l’observer longuement le photographe. Ils préfèrent alors se faire picorer que de s’échapper et laisser ainsi leurs oeufs sans protection.

«Assoiffé de sang» de Thomas Peschak, Prix Comportement : Oiseaux

A l’année prochaine pour découvrir les nouveaux lauréats et qui sait, vous pourrez peut-être en faire partie !

Laisser un commentaire

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube