5 bonnes raisons d’intégrer les insectes à votre alimentation

Des insectes dans vos assiettes

Vous voyez cette scène récurrente de Koh-Lanta où les participants sont face à un ver dodu se dandinant dans leur assiette? Et bien, manger des insectes n’a absolument rien à voir avec ça ! Nous sommes en 2019 et il est temps de casser cette légende urbaine en offrant une place à ces petites bêtes qui nous veulent du bien. Toujours pas ? Voici cinq excellentes raisons de s’y mettre.

#1. C’est comme des chips


Enlevez les images de milles-pattes de votre tête ! Manger des insectes, c’est comme manger des chips. De la même manière qu’on ne cède pas devant un enfant qui refuse des brocolis avant même de les goûter, essayez d’abord, vous verrez. Pour débuter et manger des insectes, les vers de farine sont un excellent choix. Ils ont le goût de cacahuètes et croustillent en bouche. 

Pour expérimenter, sachez qu’on trouve sur Internet des grillons, des criquets ou des scarabées. Certains magasins vendent des insectes entiers, déshydratés et à cuisiner ou assaisonnés et prêts à être mangés pour l’apéritif. Ils sont souvent associés à des épices ou condiments comme le curry ou l’ail ou encore incorporés dans des biscuits sucrés ou salés. Des steaks à la farine de pois chiches et aux vers de farine ont même remporté le concours de Foodtech de l’Institut Paul Bocuse.

#2. C’est bon pour la santé


Les insectes comestibles contiennent des nutriments essentiels au bon fonctionnement du corps humain : des protéines surtout mais aussi des vitamines, des minéraux, des acides gras essentiels, des fibres. 

Le niveau de protéines des sauterelles est le même que celui d’une pièce de bœuf. C’est pour ces vertus que les termites, vers de farine et autres larves, très riches en apports énergétiques, peuvent venir en aide aux populations souffrant de sous-alimentation. Les adeptes de régimes amaigrissants apprécieront les sauterelles, criquets ou fourmis qui renferment moins de 5% de lipides mais des taux de protéines très élevés.

#3. On ne mangera plus que ça dans 30 ans


Sans vouloir jouer les alarmistes, vous n’avez pas trop le choix. En 2050, nous serons 9 milliards d’êtres humains sur Terre. Sachant qu’entre les années 1960 et 2010, la consommation de protéines animales a augmenté de 87 % dans le monde, il y a un besoin capital et urgent de trouver de nouvelles sources de protéines… Argument supplémentaire, la surface des terres agricoles a tendance à reculer avec l’industrialisation croissante. 

Selon une étude de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) réalisée en 2013,  « les insectes constituent une source majeure et facilement accessible d’aliments nutritifs et riches en protéines issus des forêts ». « La récolte et l’élevage d’insectes peuvent créer des emplois et des sources de revenus, pour l’instant essentiellement au niveau des ménages mais potentiellement aussi à l’échelle industrielle », écrit le rapport. 

#4. C’est écolo


Manger pollue. L’élevage est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde. Les productions agricoles comme le riz, le soja ou l’huile de palme ont des conséquences irréversibles sur les écosystèmes. Ces cultures intensives détruisent les forêts et les habitats naturels de milliers d’animaux. Nous mangeons trop de sucre, trop de viande, trop de graisses transformées qui sont les produits les plus polluants. 

Alors qu’il faut en moyenne 8 kilos de nourriture pour obtenir 1 kilo de boeuf, la production d’1 kilo de criquets ne réclame que deux kilos de végétaux. De même, la production d’insectes est très peu demandeuse en eau. Ainsi, même sans les ingérer directement, les insectes pourraient servir à nourrir les animaux destinés à l’élevage.

#5. Ils sont déjà 2 milliards (d’humains) à manger des insectes


Mauvaise nouvelle, on est à la traîne. Les Nations Unies estiment que les insectes s’inscrivent dans les régimes alimentaires traditionnels d’au moins deux milliards de personnes sur la planète, particulièrement en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. Les instances internationales espèrent développer l’alimentation à base d’insectes pour parvenir à nourrir plus de neuf milliards d’êtres humains d’ici à 2030. 

D’ailleurs, sachez que nous, Occidentaux sceptiques, mangeons déjà des insectes ! On utilise en effet depuis longtemps la cochenille, qui produit des teintes rouges pour obtenir les colorants utilisés dans de nombreux produits alimentaires comme les bonbons, saucisses, la croûte de certains fromages, le tarama, le sirop pour la toux, les boissons, les yaourts… 

Pour vous lancer, on vous propose une petite recette de cookies aux insectes. Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez 125 g beurre ramolli à 125 g de sucre et deux œufs. Ajoutez 300 g de farine, un sachet de levure et des vers de farine (ils remplacent les pépites de chocolat par exemple). Mélangez avec vos mains, afin d’obtenir une boule de pâte. Formez de petites boules dans vos paumes ou à l’aide de cuillères, que vous poserez sur votre plaque de cuisson. Enfournez pendant 15 minutes. Et régalez-vous !

Laisser un commentaire

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube