4 idées d’activités vertes à faire en hiver

Pour les amoureux du jardinage et des activités en plein air, l’hiver peut être difficile à vivre… Pourtant, il existe des activités qui permettent d’avoir les mains occupées et l’esprit dans son jardin ! Découvrez lesquelles ici.

1. Décorez des cabanes pour les oiseaux

Pour les apprentis menuisiers, un nichoir à oiseaux est un objet accessible et relativement facile à construire. Vos enfants pourraient même vous aider dans ce projet ! Attention toutefois à bien savoir pour quels oiseaux vous souhaitez construire une cabane, car cela affectera votre plan. En effet, les mésanges préfèrent se réfugier dans des cabanes fermées ; tandis que les rouges-gorges non. 

Jardiland vous propose plusieurs modèles de nichoirs qui seront très faciles à décorer ! Si vous utilisez de la peinture ou des vernis, décorez-les plusieurs semaines avant de les installer. De cette façon, les oiseaux ne seront pas dérangés par l’odeur et pourront s’y réfugier rapidement. 

Vous pouvez décorer son toit avec des pièces rouges ou avec des végétaux. Par exemple, il est possible d’ajouter de la mousse naturelle ! Sinon, vous pouvez décider de construire des « murs en pierre » en collant des cailloux sur son extérieur.

Découvrez notre DIY : Créer un nichoir pour oiseaux pour créer un nichoir pour les oiseaux pas à pas.

1. Décorez des cabanes pour les oiseaux

Pour les apprentis menuisiers, un nichoir à oiseaux est un objet accessible et relativement facile à construire. Vos enfants pourraient même vous aider dans ce projet ! Attention toutefois à bien savoir pour quels oiseaux vous souhaitez construire une cabane, car cela affectera votre plan. En effet, les mésanges préfèrent se réfugier dans des cabanes fermées ; tandis que les rouges-gorges non. 

Jardiland vous propose plusieurs modèles de nichoirs qui seront très faciles à décorer ! Si vous utilisez de la peinture ou des vernis, décorez-les plusieurs semaines avant de les installer. De cette façon, les oiseaux ne seront pas dérangés par l’odeur et pourront s’y réfugier rapidement. 

Vous pouvez décorer son toit avec des pièces rouges ou avec des végétaux. Par exemple, il est possible d’ajouter de la mousse naturelle ! Sinon, vous pouvez décider de construire des « murs en pierre » en collant des cailloux sur son extérieur.

Découvrez notre DIY : Créer un nichoir pour oiseaux pour créer un nichoir pour les oiseaux pas à pas.

2. Personnalisez les pots de vos plantes d’intérieur 

Si vos plantes d’intérieur sont très belles, pourquoi délaisser leur pot ? Avec quelques pinceaux et quelques touches de peinture, vos pots pourraient avoir un véritable coup de jeune ! De plus, en cas de changement de décoration intérieure, cela vous permettrait de rénover vos pots sans avoir à en changer : une économie !

Pour en savoir plus, découvrez aussi notre article pour faire de vos pots extérieurs de véritables accessoires tendance !

2. Personnalisez les pots de vos plantes d’intérieur 

Si vos plantes d’intérieur sont très belles, pourquoi délaisser leur pot ? Avec quelques pinceaux et quelques touches de peinture, vos pots pourraient avoir un véritable coup de jeune ! De plus, en cas de changement de décoration intérieure, cela vous permettrait de rénover vos pots sans avoir à en changer : une économie !

Pour en savoir plus, découvrez aussi notre article pour faire de vos pots extérieurs de véritables accessoires tendance !

3. Fabriquez un kokedama

Un kokedama se traduit par « boule de mousse ». Il s’agit d’une forme japonaise d’art du jardin. Simple mais élégant, il est fabriqué en enveloppant les racines d’une plante avec de la terre, de la mousse de sphaigne et de la ficelle. Plutôt que de planter dans le sol ou dans un conteneur, vos plantes peuvent être « posées ». Cela attire l’attention comme jamais ! Il est particulièrement gratifiant de s’entourer de jardinières kokedama que vous avez fabriquées vous-même. En plus, c’est simple à réaliser !

Matériaux

  • De la mousse de tourbe
  • Du sol d’Akadama
  • De la mousse de sphaigne
  • De la ficelle cirée ou fil floral
  • Des plantes proportionnelles à la taille de la boule que vous créez

Outils

  • Des ciseaux
  • Un bol
  • Des gants en latex
  • Une tasse à mesurer

Préparation :

Étape 1 : la boule

Le sol d’Akadama, également utilisé dans le terreau pour les bonsaïs, est un type de sol d’argile volcanique granulaire du Japon. Le combiner avec de la mousse de tourbe dans un mélange 1:1 aide à garder la balle humide : vous n’aurez donc pas besoin de l’arroser aussi souvent. Pour une taille de boule moyenne, mesurez 250 grammes pour chaque terreau.

Avec vos mains gantées, mélangez bien les deux terreaux. Ajoutez de l’eau au fur et à mesure, afin que vous puissiez avoir une boule malléable mais pas friable. Une fois que vous avez moulé votre boule, tenez-la à deux mains et enfoncez un pouce dans le haut : les racines de votre plante viendront s’y glisser. 

Étape 2 : la plantation

Sortez votre plante de son pot et retirez délicatement le terreau pour que les racines soient pour la plupart nues. Glissez ensuite simplement les racines dans le trou et tassez doucement la balle autour d’elles.

Si votre plante est trop grande pour la boule que vous avez préparée, essayez de la diviser. Si cela est possible, vous pouvez faire un autre kokedama. Sinon, il faudra augmenter les quantités de terreaux de votre kokedama et recommencer la préparation. 

Étape 3 : la fixation

Vous êtes maintenant prêt à envelopper votre balle dans de la mousse de sphaigne. Vous pouvez l’humidifier en trempant la mousse dans de l’eau tiède, si vous le souhaitez. Mais la mousse en feuille absorbera très bien l’eau sans la pré-humidifier. Placez la boule au centre et rassemblez la mousse autour du sol et jusqu’à la base de la plante.

Pour fixer la mousse en place, tenez la balle dans une main et enroulez la ficelle autour d’elle et dans toutes les directions. Ça y est ! Votre kokedama est prêt à être admiré !

Pour l’arroser, remplissez un petit bol à moitié avec de l’eau et mettez votre kokedama dedans pendant 5 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit lourd. Tous les trois jours, palpez le poids de la balle pour déterminer si elle a besoin d’être à nouveau immergée. L’humidité et la température à l’intérieur de votre maison affecteront la fréquence à laquelle vous aurez besoin d’arroser.

Retrouvez notre DIY pour apprendre à créer un kokédama en 1 minute.

3. Fabriquez un kokedama

Un kokedama se traduit par « boule de mousse ». Il s’agit d’une forme japonaise d’art du jardin. Simple mais élégant, il est fabriqué en enveloppant les racines d’une plante avec de la terre, de la mousse de sphaigne et de la ficelle. Plutôt que de planter dans le sol ou dans un conteneur, vos plantes peuvent être « posées ». Cela attire l’attention comme jamais ! Il est particulièrement gratifiant de s’entourer de jardinières kokedama que vous avez fabriquées vous-même. En plus, c’est simple à réaliser !

Matériaux

  • De la mousse de tourbe
  • Du sol d’Akadama
  • De la mousse de sphaigne
  • De la ficelle cirée ou fil floral
  • Des plantes proportionnelles à la taille de la boule que vous créez

Outils

  • Des ciseaux
  • Un bol
  • Des gants en latex
  • Une tasse à mesurer

Préparation :

Étape 1 : la boule

Le sol d’Akadama, également utilisé dans le terreau pour les bonsaïs, est un type de sol d’argile volcanique granulaire du Japon. Le combiner avec de la mousse de tourbe dans un mélange 1:1 aide à garder la balle humide : vous n’aurez donc pas besoin de l’arroser aussi souvent. Pour une taille de boule moyenne, mesurez 250 grammes pour chaque terreau.

Avec vos mains gantées, mélangez bien les deux terreaux. Ajoutez de l’eau au fur et à mesure, afin que vous puissiez avoir une boule malléable mais pas friable. Une fois que vous avez moulé votre boule, tenez-la à deux mains et enfoncez un pouce dans le haut : les racines de votre plante viendront s’y glisser. 

Étape 2 : la plantation

Sortez votre plante de son pot et retirez délicatement le terreau pour que les racines soient pour la plupart nues. Glissez ensuite simplement les racines dans le trou et tassez doucement la balle autour d’elles.

Si votre plante est trop grande pour la boule que vous avez préparée, essayez de la diviser. Si cela est possible, vous pouvez faire un autre kokedama. Sinon, il faudra augmenter les quantités de terreaux de votre kokedama et recommencer la préparation. 

Étape 3 : la fixation

Vous êtes maintenant prêt à envelopper votre balle dans de la mousse de sphaigne. Vous pouvez l’humidifier en trempant la mousse dans de l’eau tiède, si vous le souhaitez. Mais la mousse en feuille absorbera très bien l’eau sans la pré-humidifier. Placez la boule au centre et rassemblez la mousse autour du sol et jusqu’à la base de la plante.

Pour fixer la mousse en place, tenez la balle dans une main et enroulez la ficelle autour d’elle et dans toutes les directions. Ça y est ! Votre kokedama est prêt à être admiré !

Pour l’arroser, remplissez un petit bol à moitié avec de l’eau et mettez votre kokedama dedans pendant 5 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit lourd. Tous les trois jours, palpez le poids de la balle pour déterminer si elle a besoin d’être à nouveau immergée. L’humidité et la température à l’intérieur de votre maison affecteront la fréquence à laquelle vous aurez besoin d’arroser.

Retrouvez notre DIY pour apprendre à créer un kokédama en 1 minute.

4. Fabriquez un terrarium

Vous avez probablement quelques récipients en verre dans votre maison que vous n’utilisez plus… Ils pourraient devenir vos prochains terrariums ! Choisissez n’importe quel contenant qui vous donne suffisamment d’espace pour accéder à une plante une fois qu’elle y est. Pas de couvercle ? Aucun problème ! Les terrariums ouverts sont meilleurs pour les cactus et les succulentes. Les plantes tropicales, comme les mousses ou les plantes aériennes, se portent mieux lorsque vous créez un environnement humide, alors assurez-vous qu’il y a un couvercle bien fermé.

Vous aurez besoin :

  • De petites pierres ou cailloux : prenez du gravier de votre cour avant pour la couche de base pour aider au drainage.
  • Du terreau de qualité. Demandez des conseils dans votre magasin Jardiland favori. Notre équipe saura vous aiguiller. 
  • Du charbon actif. Cela gardera l’eau de votre terrarium fraîche et évitera la croissance des bactéries.
  • Une cuillère avec un manche très long, des baguettes… Bref, de quoi manipuler le fond de votre récipient.
  • Des décorations ou des accessoires : trouvez quelque chose qui rendra votre terrarium unique ! 
  • Des plantes.

Étapes de fabrication : 

  • Dans votre contenant propre et sec, superposez vos galets sur environ 2-3 cm.
  • Ajoutez ensuite le charbon de bois. Il suffit de l’éparpiller. Si vous avez de la mousse de sphaigne, vous pouvez l’ajouter après cela.
  • Déposez le terreau. Assurez-vous qu’il y en a assez pour que les racines de la plante reposent confortablement à l’intérieur.
  • Ajoutez votre plus grosse plante en premier : à l’aide de votre petite truelle ou de votre cuillère à long manche, faites un trou pour la plante, et placez-la délicatement. Assurez-vous que votre plante a suffisamment d’espace pour pousser un peu. Si vous en avez d’autres plantes, ajoutez-les. 
  • Placez dans votre terrarium d’autres pierres, ou peut-être de la mousse ou du sable afin de recouvrir le sol si vous le souhaitez.
  • Ajoutez vos accessoires uniques, et fermez le couvercle si nécessaire ! 

Pour en savoir plus, suivez notre DIY : Créer un terrarium dans un bocal fermé.

4. Fabriquez un terrarium

Vous avez probablement quelques récipients en verre dans votre maison que vous n’utilisez plus… Ils pourraient devenir vos prochains terrariums ! Choisissez n’importe quel contenant qui vous donne suffisamment d’espace pour accéder à une plante une fois qu’elle y est. Pas de couvercle ? Aucun problème ! Les terrariums ouverts sont meilleurs pour les cactus et les succulentes. Les plantes tropicales, comme les mousses ou les plantes aériennes, se portent mieux lorsque vous créez un environnement humide, alors assurez-vous qu’il y a un couvercle bien fermé.

Vous aurez besoin :

  • De petites pierres ou cailloux : prenez du gravier de votre cour avant pour la couche de base pour aider au drainage.
  • Du terreau de qualité. Demandez des conseils dans votre magasin Jardiland favori. Notre équipe saura vous aiguiller. 
  • Du charbon actif. Cela gardera l’eau de votre terrarium fraîche et évitera la croissance des bactéries.
  • Une cuillère avec un manche très long, des baguettes… Bref, de quoi manipuler le fond de votre récipient.
  • Des décorations ou des accessoires : trouvez quelque chose qui rendra votre terrarium unique ! 
  • Des plantes.

Étapes de fabrication : 

  • Dans votre contenant propre et sec, superposez vos galets sur environ 2-3 cm.
  • Ajoutez ensuite le charbon de bois. Il suffit de l’éparpiller. Si vous avez de la mousse de sphaigne, vous pouvez l’ajouter après cela.
  • Déposez le terreau. Assurez-vous qu’il y en a assez pour que les racines de la plante reposent confortablement à l’intérieur.
  • Ajoutez votre plus grosse plante en premier : à l’aide de votre petite truelle ou de votre cuillère à long manche, faites un trou pour la plante, et placez-la délicatement. Assurez-vous que votre plante a suffisamment d’espace pour pousser un peu. Si vous en avez d’autres plantes, ajoutez-les. 
  • Placez dans votre terrarium d’autres pierres, ou peut-être de la mousse ou du sable afin de recouvrir le sol si vous le souhaitez.
  • Ajoutez vos accessoires uniques, et fermez le couvercle si nécessaire ! 

Pour en savoir plus, suivez notre DIY : Créer un terrarium dans un bocal fermé.

Avec toutes ces activités, vous ne verrez pas l’hiver passer ! N’hésitez pas à nous envoyer des photos de vos réalisations sur nos réseaux sociaux. 

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Langage des fleurs : la signification des fleurs d’hiver

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube