Redécouvrez le coing, ce fruit méconnu !

Dur, cabossé et revêtue d’un étrange duvet, la « poire de Cydonie » n’a en apparence rien d’un super-aliment. Pourtant, le fruit du cognassier regorge de vertus et de saveurs dont il serait malheureux se priver. Lisez ce qui suit et redécouvrez le coing, ce fruit délicieux injustement méconnu ! 

De bonnes qualités nutritionnelles

Le coing contient des vitamines (B, E et C) et des minéraux (potassium, calcium, magnésium) qui contribuent au bon fonctionnement de l’organisme. Il est riche en pectine, un type de fibre qui permettrait de réguler le transit intestinal, favoriserait la satiété et aurait un effet bénéfique sur le taux de cholestérol. Mieux encore, comme ses cousins, la pomme et la poire, il contient relativement peu de sucres (seulement 13,4 g pour 100 g). Sans être un aliment miracle, le coing peut donc être introduit avantageusement dans notre alimentation. 

De bonnes qualités nutritionnelles

Le coing contient des vitamines (B, E et C) et des minéraux (potassium, calcium, magnésium) qui contribuent au bon fonctionnement de l’organisme. Il est riche en pectine, un type de fibre qui permettrait de réguler le transit intestinal, favoriserait la satiété et aurait un effet bénéfique sur le taux de cholestérol. Mieux encore, comme ses cousins, la pomme et la poire, il contient relativement peu de sucres (seulement 13,4 g pour 100 g). Sans être un aliment miracle, le coing peut donc être introduit avantageusement dans notre alimentation. 

Un précieux allié contre les troubles digestifs

Si vous souffrez de petits troubles digestifs (diarrhée ou ballonnements) tournez-vous vers le sirop, la gelée ou la pâte de coing. Les tanins et les pectines contenus dans ce fruit velu lui procurent en effet des propriétés antidiarrhéiques éprouvées. Les tanins présents dans le coing lui confèrent également des vertus astringentes qui protègent la muqueuse intestinale. Finalement, la « pomme d’or » pourrait participer à prévenir le risque de pathologies graves telles que le cancer du côlon. Autant de bonnes raisons pour se régaler de produits à base de coing tout au long de l’année ! 

Un précieux allié contre les troubles digestifs

Si vous souffrez de petits troubles digestifs (diarrhée ou ballonnements) tournez-vous vers le sirop, la gelée ou la pâte de coing. Les tanins et les pectines contenus dans ce fruit velu lui procurent en effet des propriétés antidiarrhéiques éprouvées. Les tanins présents dans le coing lui confèrent également des vertus astringentes qui protègent la muqueuse intestinale. Finalement, la « pomme d’or » pourrait participer à prévenir le risque de pathologies graves telles que le cancer du côlon. Autant de bonnes raisons pour se régaler de produits à base de coing tout au long de l’année ! 

Un fruit à consommer cuit

Délicatement parfumé, le coing se caractérise par son goût acidulé, évoquant celui de la poire. Cependant, contrairement à la poire ou à la pomme, avec lesquelles il entretient un sérieux air de famille, il ne se consomme pas cru. Trop âpre et trop dure, sa chair doit en effet être cuite pour libérer toutes ses saveurs. Au four, dans un confiturier, à l’eau ou à la vapeur, différentes techniques de cuisson peuvent être utilisées en fonction du résultat souhaité. Certains chefs conseillent de le cuire à l’eau, accompagné de sucre et de citron afin de lui ôter son âpreté. 

Un fruit à consommer cuit

Délicatement parfumé, le coing se caractérise par son goût acidulé, évoquant celui de la poire. Cependant, contrairement à la poire ou à la pomme, avec lesquelles il entretient un sérieux air de famille, il ne se consomme pas cru. Trop âpre et trop dure, sa chair doit en effet être cuite pour libérer toutes ses saveurs. Au four, dans un confiturier, à l’eau ou à la vapeur, différentes techniques de cuisson peuvent être utilisées en fonction du résultat souhaité. Certains chefs conseillent de le cuire à l’eau, accompagné de sucre et de citron afin de lui ôter son âpreté. 

Un produit à cuisiner en version sucrée…

Le coing se consomme dans des préparations sucrées comme dans des plats salés. La célèbre pâte de coing réjouit les papilles des Italiens depuis la Renaissance. On la trouve notamment représentée dans le célèbre tableau du peintre vénitien Véronèse, Les Noces de Cana, exposé au Musée du Louvre. La « pomme d’or » se déguste également en compote, en gelée, en salade de fruits, pochée avec de la vanille, du chocolat ou encore avec du miel et du citron comme sur cette photo ! Quel délice ! 

Et si vous tentiez un dessert original aux fruits et légumes

Un produit à cuisiner en version sucrée…

Le coing se consomme dans des préparations sucrées comme dans des plats salés. La célèbre pâte de coing réjouit les papilles des Italiens depuis la Renaissance. On la trouve notamment représentée dans le célèbre tableau du peintre vénitien Véronèse, Les Noces de Cana, exposé au Musée du Louvre. La « pomme d’or » se déguste également en compote, en gelée, en salade de fruits, pochée avec de la vanille, du chocolat ou encore avec du miel et du citron comme sur cette photo ! Quel délice ! 

Et si vous tentiez un dessert original aux fruits et légumes

… ou à déguster dans des préparations salées

Du côté des mets salés, la « poire de Cydonie » peut être avantageusement intégrée aux ratatouilles, tajines, ragoûts et autres rôtis. On la trouve également dans différentes recettes de tartes salées accompagnée de fromage. En Europe de l’Est, le coing sert même à la confection de soupes réconfortantes. Associé au potiron, à la patate douce ou encore à la carotte, il entre aisément dans la composition d’incroyables veloutés. Enfin, le coing se décline sous forme de boissons : vin, sirop, mais aussi eau-de-vie. Un véritable fruit à tout faire, aussi délicieux que versatile, à tester de toute urgence donc. 

Envie de soupes originales ? Retrouvez nos 8 idées de légumes surprenants pour vos soupes.

… ou à déguster dans des préparations salées

Du côté des mets salés, la « poire de Cydonie » peut être avantageusement intégrée aux ratatouilles, tajines, ragoûts et autres rôtis. On la trouve également dans différentes recettes de tartes salées accompagnée de fromage. En Europe de l’Est, le coing sert même à la confection de soupes réconfortantes. Associé au potiron, à la patate douce ou encore à la carotte, il entre aisément dans la composition d’incroyables veloutés. Enfin, le coing se décline sous forme de boissons : vin, sirop, mais aussi eau-de-vie. Un véritable fruit à tout faire, aussi délicieux que versatile, à tester de toute urgence donc. 

Envie de soupes originales ? Retrouvez nos 8 idées de légumes surprenants pour vos soupes.

Un fruit d’automne à découvrir sans tarder

C’est entre septembre et novembre que les coings atteignent leur pleine maturité. Pour les consommer frais, rendez-vous au verger ou sur les étals des marchés au début de l’automne. Ils exhalent alors un délicieux parfum, se parent d’une belle robe jaune serin et portent un délicat duvet. Lorsqu’ils sont bien mûrs, ce fin pelage caractéristique se détache facilement au moindre frottement. Après achat ou cueillette, les coings se conservent plusieurs semaines à température ambiante. Comble du bonheur, ils parfument alors l’air intérieur de leur charmante odeur. 

Et pourquoi ne pas aller faire vos courses dans un verger ?

Un fruit d’automne à découvrir sans tarder

C’est entre septembre et novembre que les coings atteignent leur pleine maturité. Pour les consommer frais, rendez-vous au verger ou sur les étals des marchés au début de l’automne. Ils exhalent alors un délicieux parfum, se parent d’une belle robe jaune serin et portent un délicat duvet. Lorsqu’ils sont bien mûrs, ce fin pelage caractéristique se détache facilement au moindre frottement. Après achat ou cueillette, les coings se conservent plusieurs semaines à température ambiante. Comble du bonheur, ils parfument alors l’air intérieur de leur charmante odeur. 

Et pourquoi ne pas aller faire vos courses dans un verger ?

Aux origines de la « pomme d’or » 

Le coing est le fruit du cognassier, un arbuste appartenant à la famille des rosaceae. Originaire de Perse, du Caucase ou d’Anatolie, il s’épanouit depuis l’Antiquité sur les terres ensoleillées de Crète, en Grèce. Son passé crétois lui vaut le nom de « pomme de Cydon » ou « poire de Cydonie », en référence à la ville antique de Cydon, en Crète. De nos jours, le coing est cultivé dans toute l’Europe. Il est donc possible d’acheter des « pommes d’or » provenant de Provence, du Sud-Est de la France, mais aussi de Roumanie, d’Espagne ou encore du Portugal. 

Aux origines de la « pomme d’or » 

Le coing est le fruit du cognassier, un arbuste appartenant à la famille des rosaceae. Originaire de Perse, du Caucase ou d’Anatolie, il s’épanouit depuis l’Antiquité sur les terres ensoleillées de Crète, en Grèce. Son passé crétois lui vaut le nom de « pomme de Cydon » ou « poire de Cydonie », en référence à la ville antique de Cydon, en Crète. De nos jours, le coing est cultivé dans toute l’Europe. Il est donc possible d’acheter des « pommes d’or » provenant de Provence, du Sud-Est de la France, mais aussi de Roumanie, d’Espagne ou encore du Portugal. 

Pleine de bienfaits, délicatement parfumée et tout à fait exquise, la « poire de Cydonie » renoue aujourd’hui avec ses lettres de noblesse. Symbole d’amour et de bonheur chez les Grecs, elle contribue désormais à notre bien-être et égaye nos fraîches journées d’automne de sa saveur acidulée. Alors, vite, foncez chez votre primeur préféré vous procurer de beaux coings dorés et réalisez à la maison de belles pâtes de coing ou d’étonnantes soupes à base de « pomme d’or ».

Laisser un commentaire

<Article suivant<

5 façons originales de cuisiner les légumes d’hiver

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube