Top 10 des légumes oubliés d’hiver

Variété de légumes sur fond bleu

Parmi les légumes d’hiver, il existe une liste bien particulière : celle des « légumes oubliés ». Cet hiver, le panais, le rutabaga, le chou-rave ou encore le raifort font leur coming out ! Un retour sur le devant de la scène bien mérité, qui va vous régaler. On vous présente les 10 légumes oubliés à ne pas manquer.

PANAIS IS THE NEW BLACK

Panier de légumes divers

Ces mystérieux légumes oubliés existent depuis des décennies et ne vous disent pourtant pas grand-chose ? C’est normal ! Souvent appréciés par nos grands-parents, ils ont ensuite été mis au placard pendant trop longtemps par les producteurs et les grands cuisiniers. Aujourd’hui ils reviennent en force et sont bien décidés à reprendre la place qu’ils méritent !

Avec le développement de l’agriculture biologique, ces légumes oubliés retrouvent une place dans les étals. Et pour cause, les chefs ont décidé de redoubler de créativité en acceptant le défi de les remettre à l’honneur en leur donnant une nouvelle jeunesse.

Pourquoi cet attrait ? Ils sont de saison, simples à cuisiner et à converser. Ils sont singuliers et ils possèdent des vertus avérées dues à leurs hautes valeurs nutritives.

Pour votre santé et votre plaisir, on vous présente aujourd’hui, le top 10 de ces légumes trop longtemps oubliés, leurs vertus et des astuces pour les cuisiner et varier vos menus d’hiver ! Et faire plaisir à votre grand-mère !

#1. Les courges

Multitudes de courges de toutes les couleurs

Les courges d’hiver se déclinent en 25 variétés et se consomment sous autant de formes : en potages, en quiches, en frites, ou comme légumes d’accompagnement. Elles peuvent être braisées, écrasées en purée, cuites au four ou à la vapeur. Elles peuvent également être utilisées comme base pour gâteaux ou confitures.

En plus d’être délicieusement savoureuses, les courges sont des alliés bien-être. Elles contiennent un grand nombre d’oligo-éléments et de vitamines. Vous voulez garder bonne mine ? Plus leur chair est orangée, plus elles sont riches en bêta carotène ! Elles sont dépuratives, émollientes et laxatives. C’est tout ? Non ! Leurs graines sont considérées comme des super aliments, très concentrées en éléments nutritifs, elles se consomment saupoudrées dans les soupes ou dans les salades.

#2. Le panais

Botte de panais attachés par un élastique

Originaire du bassin Méditerranéen, le panais a un goût proche de celui de la carotte et du céleri. Il se cuisine comme la carotte : cru, râpé, en rondelles, en jus ou cuit à la vapeur, en purée ou en soupe. Il se marie également très bien avec les agrumes (citron, orange) et les épices (curry, cannelle, gingembre).

Niveau diététique, c’est le roi des antioxydants ! Il est également source de vitamines et riche en fibres solubles. Ainsi, il vous apporte confort intestinal en favorisant l’effet de satiété. Ces deux particularités en font un allié intéressant pour la perte de poids. Vous reprendrez bien un peu de crème de panais ?

#3. Le chou-rave

3 choux-raves sur un support en bois

Le chou-rave est un tubercule qui pousse hors terre. Il est riche en vitamines et en minéraux. Comme la plupart des crucifères, il contient des composés bioactifs qui auraient des effets bénéfiques. Le chou-rave est également une excellente source de vitamine C.

Il se consomme en fine tranches, sautées à la poêle, avec des oignons, des lardons et des champignons par exemple. Son goût se rapproche sensiblement de celui de la courgette ! Il se mange aussi cru, râpé, avec d‘autres légumes émincés de la même façon. Et si on vous dit qu’on peut en faire des frites, vous essayez ?

#4. Le raifort

6 raiforts frais sur un fond noir

Le raifort aussi appelé « moutarde des allemands », en raison de son piquant prononcé, est un aliment antibactérien et anticancéreux puissant. Il fait partie de ces légumes anciens, qu’on aurait mieux fait de ne pas oublier !

En effet, cette racine d’Europe de l’Est, aux propriétés médicinales connues depuis la Grèce Antique, aurait des bienfaits sur les rhumatismes et les douleurs articulaires. Le raifort est riche en vitamines C, c’est donc un condiment idéal pour fortifier le système immunitaire. Plus intéressant encore, des études allemandes ont démontré l’efficacité du raifort dans le traitement de nombreuses infections : bronchites, sinusites ou infections urinaires. Un allié de taille en périodes hivernales !

Avec son goût piquant, se rapprochant du poivre, le raifort est plutôt utilisé comme condiment. Il se cuisine en retirant le cœur et les parties vertes, particulièrement amères. On l’utilise souvent dans la préparation de sauce. Il remplacera la moutarde à merveille dans une sauce par exemple.

#5. Le topinambour

Poignées de topinambours frais

Le topinambour est un légume racine originaire d’Amérique du Sud, qui arrive en France au XVIIème siècle. Cru comme cuit, il est riche en fibres, en fer et en potassium, et contribue à une bonne santé intestinale. Il jouerait aussi un rôle dans la prévention de certains cancers et de l’ostéoporose.

Bien qu’il ait l’aspect d’une pomme de terre et qu’il se cuisine comme tel, sa saveur est proche de celle de l’artichaut. Il se consomme en salade comme une crudité, avec de la vinaigrette ou cuit, comme accompagnement. Le topinambour s‘invite également dans la préparation de desserts (gâteau, soufflé, chantilly), puisqu’il se marie bien avec la vanille et la cannelle.

#6. Le radis noir

Salade de radis râpé et radis noirs

Il s’agit du plus populaire des légumes anciens ! Son succès, il le doit à ses vertus détox, notamment pour traiter les affections du foie : il contribue à drainer le foie et à augmenter la sécrétion de bile, entraînant ainsi une meilleure élimination des toxines. Il traite également les troubles digestifs : en apaisant les ballonnements, stimulant l’appétit et favorisant la digestion.

Cru, il se consomme comme le céleri : finement râpé en salade ou finement tranché pour servir de toast apéro. Sa chair blanche est ferme et légèrement piquante. Le radis noir peut aussi être cuit comme un navet.

#7. Le rutabaga

Rutabaga coupé en morceaux

Ce légume racine à la chair jaune est de la même famille que le brocoli, les choux et les navets… Ses propriétés diurétiques font de lui un allié contre l’hypertension artérielle.

Le rutabaga se cuisine et se consomme sensiblement comme le navet. Il a un goût plus doux et plus piquant que ce dernier, et son temps de cuisson est deux fois plus long.

Il a une peau très épaisse et doit il doit être épluché avant d’être consommé.

Cru, le rutabaga peut se consommer râpé, en salade de crudités ou mélangé à d’autres légumes. Il est également possible de le consommer tel quel à l’huile d’olive, ou en purée, poêlée, en pot-au-feu, au wok, en frites, en chips, en galettes ou en soupes… En bref, il existe une multitude de façons de le cuisiner, déclinables selon vos envies.

#8. Les crosnes

Crosnes du Japon

Ce légume venu tout droit d’Asie à l’apparence singulière (celle d’un gros ver) est un incroyable aliment diététique au goût raffiné.

En plus d’être riche en glucides, protéines et en sels minéraux, il est idéal pendant la période hivernale car il permet de maintenir la température du corps. Riche en oligo-éléments, en potassium et en calcium, c’est un aliment énergétique, bon pour les muscles, les os et le cœur !

Les crosnes ont un goût légèrement sucré, proche de l’artichaut. Ils peuvent être cuisinés en salade, soupe, sautés, à la vapeur ou frit et font un délicieux accompagnement. Astuce pratique : il n’est pas nécessaire de les éplucher, les passer à l’eau suffira.

#9. Le salsifis

Botte de salsifis sur fond en bois

Ce légume racine, peu connu et pourtant déjà consommé par les Grecs sous le nom de « barbe-de-bouc », possède une saveur légèrement sucrée comparable à celle de l’asperge ou de l’artichaut. Le salsifis renferme une quantité intéressante de vitamines B, rares dans l’alimentation quotidienne et nécessaires au bon développement du système neuromusculaire. Très riche en potassium et gorgé de fibres, il a des vertus diurétiques et fait le bonheur du transit intestinal.

Il se déguste froid, accompagné d’une sauce légère ou nappé de mayonnaise. Il se marie très bien avec des olives noires et du jambon cru par exemple.
Pour ceux qui le préfèrent chaud, il constitue une garniture parfaite pour les viandes et poissons blancs. On peut également le faire en gratin ou le faire revenir à la poêle en l’assaisonnant d’une persillade. Les salsifis sont délicieux en soupe, avec une touche de safran ou de l’huile de truffe pour une alliance parfaite !

#10. Le cerfeuil tubéreux

3 cerfeuils tubéreux sur fond bleu

Le cerfeuil tubéreux, très loin du cerfeuil, est un tubercule très laid mais particulièrement bon ! C’est un cousin de la carotte et du céleri. Il se reconnait grâce à sa robe grisâtre et son goût à mi-chemin entre l’artichaut et la châtaigne.

Sur le même modèle que la pomme de terre, le cerfeuil tubéreux peut se cuisiner sous des formes diverses et variées : en poêlées, en purées, en gratins, en frites, en potage… Attention cependant, seuls les tubercules se consomment, les feuilles sont toxiques et à jeter !

Sa saveur douce permet d’ajouter une touche sucrée à nos plats. Riche en glucides et pauvre en calories, ce légume racine est une source d’énergie aux propriétés naturellement diurétiques, un bon allié pour la perte de poids !

Alors, quels légumes oubliés allez-vous remettre au goût du jour ? 

Laisser un commentaire

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube