7 oiseaux qui annoncent l’arrivée du printemps

L’hiver s’achève et le soleil pointe déjà le bout de son nez. En cette période de l’année, la nature s’éveille et le peuple migrateur regagne nos contrées pour y passer l’été. Chers ornithophiles, à vos jumelles ! Nous vous présentons ici 7 oiseaux dont la réapparition marque l’arrivée du printemps. 

#1 L’hirondelle rustique

L’hirondelle rustique est facilement identifiable grâce à son dos noir-bleuté, son ventre blanc, sa gorge rouge et surtout sa queue divisée en deux longs filets. Tendez l’oreille, vous entendrez peut-être son agréable gazouillis. Mais attention, comme le dit le proverbe, « une hirondelle ne fait pas le printemps » ! Pour cause, dès la mi-mars et jusque début mai, ce sont des millions d’hirondelles qui rejoignent l’Europe pour y passer la douce saison. Elles parcourent plusieurs milliers de kilomètres depuis l’Afrique et traversent même la Méditerranée. Auriez-vous pensé qu’un si petit oiseau pouvait être un si grand voyageur ?

#1 L’hirondelle rustique

L’hirondelle rustique est facilement identifiable grâce à son dos noir-bleuté, son ventre blanc, sa gorge rouge et surtout sa queue divisée en deux longs filets. Tendez l’oreille, vous entendrez peut-être son agréable gazouillis. Mais attention, comme le dit le proverbe, « une hirondelle ne fait pas le printemps » ! Pour cause, dès la mi-mars et jusque début mai, ce sont des millions d’hirondelles qui rejoignent l’Europe pour y passer la douce saison. Elles parcourent plusieurs milliers de kilomètres depuis l’Afrique et traversent même la Méditerranée. Auriez-vous pensé qu’un si petit oiseau pouvait être un si grand voyageur ?

#2 La huppe fasciée

Avec sa huppe orangée à pointes noires, son long bec arqué, son plumage roux, ses ailes et sa queue à larges bandes noires et blanches, la huppe fasciée ne peut être confondue avec aucun autre oiseau ! A partir du mois de mars, vous pouvez l’observer marchant dans votre jardin, votre verger ou à la lisère d’une forêt. Elle passe en effet beaucoup de temps au sol, à picorer les insectes dont elle se nourrit. Son chant caractéristique (« houp, houp, houp ») vous mettra sur sa piste ! 

#2 La huppe fasciée

Avec sa huppe orangée à pointes noires, son long bec arqué, son plumage roux, ses ailes et sa queue à larges bandes noires et blanches, la huppe fasciée ne peut être confondue avec aucun autre oiseau ! A partir du mois de mars, vous pouvez l’observer marchant dans votre jardin, votre verger ou à la lisère d’une forêt. Elle passe en effet beaucoup de temps au sol, à picorer les insectes dont elle se nourrit. Son chant caractéristique (« houp, houp, houp ») vous mettra sur sa piste ! 

#3 Le traquet motteux 

Dès la mi-mars, le voilà de retour sur la côte Atlantique française après plusieurs mois passés sur le continent africain. Le traquet motteux est lui aussi un grand voyageur puisqu’il peut parcourir jusqu’à 30.000 km par an et traverser l’Atlantique en volant ! Brunâtre en hiver, le mâle se pare de couleurs le printemps venu. Vous le reconnaîtrez au « T » noir qui se dessine sur sa queue mais aussi à son masque noir surmonté de sourcils blancs, son dos gris, sa poitrine blanc-crème, et à son croupion blanc. Très vif, le traquet motteux volette au raz du sol et fait même des courbettes ! 

#3 Le traquet motteux 

Dès la mi-mars, le voilà de retour sur la côte Atlantique française après plusieurs mois passés sur le continent africain. Le traquet motteux est lui aussi un grand voyageur puisqu’il peut parcourir jusqu’à 30.000 km par an et traverser l’Atlantique en volant ! Brunâtre en hiver, le mâle se pare de couleurs le printemps venu. Vous le reconnaîtrez au « T » noir qui se dessine sur sa queue mais aussi à son masque noir surmonté de sourcils blancs, son dos gris, sa poitrine blanc-crème, et à son croupion blanc. Très vif, le traquet motteux volette au raz du sol et fait même des courbettes ! 

#4 Le coucou gris

« Cou cou ». L’entendez-vous ? Avec le printemps, courant mars, le coucou gris est de retour en France ! Vêtu de son plumage gris-bleu, le ventre blanchâtre barré de gris foncé, la queue gris ardoise et les pattes jaunes : difficile de ne pas le reconnaître. Partout où il y a des arbres, vous pourrez l’observer en train de voler seul, porté par ses ailes pointues effectuant des battements bien marqués. Le saviez-vous ? Le coucou est un parasite ! Il pond ses oeufs dans les nids d’autres oiseaux. 

#4 Le coucou gris

« Cou cou ». L’entendez-vous ? Avec le printemps, courant mars, le coucou gris est de retour en France ! Vêtu de son plumage gris-bleu, le ventre blanchâtre barré de gris foncé, la queue gris ardoise et les pattes jaunes : difficile de ne pas le reconnaître. Partout où il y a des arbres, vous pourrez l’observer en train de voler seul, porté par ses ailes pointues effectuant des battements bien marqués. Le saviez-vous ? Le coucou est un parasite ! Il pond ses oeufs dans les nids d’autres oiseaux. 

#5 Le milan noir 

Reconnaissable à sa queue particulière, ce rapace s’installe souvent à proximité de zones humides pour se reproduire. Vous pourrez l’observer dans de nombreuses régions de France, qu’il regagne courant mars. Le milan noir a la particularité d’être très bruyant. Prêtez l’oreille, parmi les bruits d’autres oiseaux entendrez-vous peut-être son sifflement (« hui huhuhuhu ») !

#5 Le milan noir 

Reconnaissable à sa queue particulière, ce rapace s’installe souvent à proximité de zones humides pour se reproduire. Vous pourrez l’observer dans de nombreuses régions de France, qu’il regagne courant mars. Le milan noir a la particularité d’être très bruyant. Prêtez l’oreille, parmi les bruits d’autres oiseaux entendrez-vous peut-être son sifflement (« hui huhuhuhu ») !

#6 Le rouge-queue à front blanc 

Masque noir, front blanc, ventre et queue rouges, dos gris : voici la tenue d’apparat que revêt le mâle rouge-queue à front blanc à l’arrivée du printemps ! La femelle arbore quant à elle une robe fauve et une queue rousse. A partir du mois d’avril, le rouge-queue à front blanc regagne nos forêts et nos vergers. Il apprécie beaucoup les zones boisées. Peut-être l’observerez-vous perché sur un vieil arbre dans lequel il aura aménagé son nid. Attention, le rouge-queue est malicieux ! Il lui arrive d’imiter les chants des autres oiseaux. 

#6 Le rouge-queue à front blanc 

Masque noir, front blanc, ventre et queue rouges, dos gris : voici la tenue d’apparat que revêt le mâle rouge-queue à front blanc à l’arrivée du printemps ! La femelle arbore quant à elle une robe fauve et une queue rousse. A partir du mois d’avril, le rouge-queue à front blanc regagne nos forêts et nos vergers. Il apprécie beaucoup les zones boisées. Peut-être l’observerez-vous perché sur un vieil arbre dans lequel il aura aménagé son nid. Attention, le rouge-queue est malicieux ! Il lui arrive d’imiter les chants des autres oiseaux. 

#7 Le hibou petit duc

« Tiu Tiu ». A partir du mois d’avril, entendez-vous chanter le hibou ? Principalement nocturne, le petit duc est un minuscule hibou. Avec ses 19 centimètres, il mesure à peine la taille d’un merle. Pourtant, petit duc a tout d’un grand : un plumage gris-roux moucheté de brun-noir, de grands yeux orangés et surtout de belles aigrettes qui forment comme de grosses oreilles au dessus de sa tête. Si vous le voyez dans nos campagnes arborées, prenez garde à ne pas l’effrayer. Lorsqu’il a peur, le petit duc ferme les yeux, se tient très droit et serre ses plumes contre son corps.

#7 Le hibou petit duc

« Tiu Tiu ». A partir du mois d’avril, entendez-vous chanter le hibou ? Principalement nocturne, le petit duc est un minuscule hibou. Avec ses 19 centimètres, il mesure à peine la taille d’un merle. Pourtant, petit duc a tout d’un grand : un plumage gris-roux moucheté de brun-noir, de grands yeux orangés et surtout de belles aigrettes qui forment comme de grosses oreilles au dessus de sa tête. Si vous le voyez dans nos campagnes arborées, prenez garde à ne pas l’effrayer. Lorsqu’il a peur, le petit duc ferme les yeux, se tient très droit et serre ses plumes contre son corps.

Alors, lequel de ces migrateurs printaniers allez-vous croiser cette année ? Accordez-vous un moment de calme pour les observer à distance. Pour encourager leur venue, contribuez à maintenir leur source d’alimentation en cultivant votre verger en bio ou encore en installant un hôtel à insectes dans votre jardin. 

2 commentaires

  1. La huppe fasciée est dans notre jardin il faut voir comme elle picore avec son long bec en avançant très vite.Magnifique oiseau

    1. L’hirondelle est un très belle animal et très beau phénomène. J’adore cet animal qui est régulièrement dans mon jardin.

Laisser un commentaire

<Article suivant<

4 étapes pour apprendre son nom à votre chien

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube