Découvrez les mystères cachés de notre planète !

Des abysses aux arbres qui poussent en plein désert : la Terre abrite des miracles naturels. Découvrez les mystères de planète sous un nouveau jour, à travers ses trésors les plus fascinants. 

Les tréfonds des océans 

Univers à part entière encore bien méconnu par certains aspects, les abysses abritent des espèces marines incroyables. A plus de 2 000 mètres de profondeur, et jusqu’à plus de 10 000 mètres, ces zones des océans peu explorées ne sont jamais exposées à la lumière. On y trouve néanmoins dix millions d’espèces. Celles-ci forment une biodiversité fascinante, entre bactéries, poissons, invertébrés et requins. Ces espèces marines se sont adaptées à une vie de prédation et de survie, et ont souvent développé des caractéristiques étranges et captivantes. Bioluminescence, yeux globuleux, dentition acérée, corps gélatineux, ou encore taille miniature : les abysses cachent probablement les spécimens les plus surprenants de la planète. 

Quand on sait que seuls 2% ont été explorés, cela laisse rêveur ! D’après les scientifiques, explorer les fonds marins permettrait d’en découvrir toujours plus sur la planète. A travers une faune encore inconnue, et peut-être même d’anciennes cités englouties…

Les tréfonds des océans 

Univers à part entière encore bien méconnu par certains aspects, les abysses abritent des espèces marines incroyables. A plus de 2 000 mètres de profondeur, et jusqu’à plus de 10 000 mètres, ces zones des océans peu explorées ne sont jamais exposées à la lumière. On y trouve néanmoins dix millions d’espèces. Celles-ci forment une biodiversité fascinante, entre bactéries, poissons, invertébrés et requins. Ces espèces marines se sont adaptées à une vie de prédation et de survie, et ont souvent développé des caractéristiques étranges et captivantes. Bioluminescence, yeux globuleux, dentition acérée, corps gélatineux, ou encore taille miniature : les abysses cachent probablement les spécimens les plus surprenants de la planète. 

Quand on sait que seuls 2% ont été explorés, cela laisse rêveur ! D’après les scientifiques, explorer les fonds marins permettrait d’en découvrir toujours plus sur la planète. A travers une faune encore inconnue, et peut-être même d’anciennes cités englouties…

Les forêts fossilisées de l’Antarctique 

Fin 2017, une expédition exceptionnelle est organisée en Antarctique, et les chercheurs font une découverte de taille. Ils ont ainsi révélé avoir trouvé cinq forêts fossilisées. Celles-ci dateraient de la fin du Néoprotérozoïque, soit juste avant le Jurassique et donc vieilles de 251 millions d’années. Cela prouve bien que l’Antarctique était un jour recouvert de végétation, et que celle-ci était particulièrement résiliente. Les arbres et plantes qui peuplaient ce continent étaient ainsi capable de subsister aux hivers extrêmes comme aux étés les plus ensoleillés. Il ya quelques années, un mammouth laineux vieux de 10 à 15,000 ans a été retrouvé gelé en Sibérie. Cette femelle mammouth de 60 ans contenait encore du sang liquide gelé, témoignant de l’incroyable état de conservation lorsqu’elle a été retrouvée !

D’après les spécialistes, des millions de kilomètres carrés attendent toujours d’être explorés en Antarctique. Les explorateurs pourraient bien y trouver des richesses naturelles, enfouies sous les sols glacés du Continent Blanc.

Les forêts fossilisées de l’Antarctique 

Fin 2017, une expédition exceptionnelle est organisée en Antarctique, et les chercheurs font une découverte de taille. Ils ont ainsi révélé avoir trouvé cinq forêts fossilisées. Celles-ci dateraient de la fin du Néoprotérozoïque, soit juste avant le Jurassique et donc vieilles de 251 millions d’années. Cela prouve bien que l’Antarctique était un jour recouvert de végétation, et que celle-ci était particulièrement résiliente. Les arbres et plantes qui peuplaient ce continent étaient ainsi capable de subsister aux hivers extrêmes comme aux étés les plus ensoleillés. Il ya quelques années, un mammouth laineux vieux de 10 à 15,000 ans a été retrouvé gelé en Sibérie. Cette femelle mammouth de 60 ans contenait encore du sang liquide gelé, témoignant de l’incroyable état de conservation lorsqu’elle a été retrouvée !

D’après les spécialistes, des millions de kilomètres carrés attendent toujours d’être explorés en Antarctique. Les explorateurs pourraient bien y trouver des richesses naturelles, enfouies sous les sols glacés du Continent Blanc.

Les arbres solitaires du Sahara

Plus d’1,8 milliard d’arbres : voilà ce qu’abrite le désert du Sahara, en plus de ses collines de sable majestueuses, et de ses oasis. C’est grâce à l’intelligence artificielle que ces arbres ont été décomptés, sur une superficie de 1,3 million de km². Cela représente donc un total de près d’un arbre par hectare, en plein Sahara aride. Une denrée précieuse dans cette zone hostile, puisque les arbres permettent de fertiliser le sol. Autre bénéfice : ils sont une source d’ombre parfois vitale pour les humains et les animaux !

9,2 millions de km² : le Sahara représente une vaste surface hostile et encore mystérieuse, tout comme la péninsule Arabique. Cette région abrite en effet le Rub Al-Khali, surnommé le « quart vide ». Il représente la plus grande étendue ininterrompue de sable de notre planète. Très peu d’explorateurs ont osé braver les 60°C ambiants qui y règnent… 

Les arbres solitaires du Sahara

Plus d’1,8 milliard d’arbres : voilà ce qu’abrite le désert du Sahara, en plus de ses collines de sable majestueuses, et de ses oasis. C’est grâce à l’intelligence artificielle que ces arbres ont été décomptés, sur une superficie de 1,3 million de km². Cela représente donc un total de près d’un arbre par hectare, en plein Sahara aride. Une denrée précieuse dans cette zone hostile, puisque les arbres permettent de fertiliser le sol. Autre bénéfice : ils sont une source d’ombre parfois vitale pour les humains et les animaux !

9,2 millions de km² : le Sahara représente une vaste surface hostile et encore mystérieuse, tout comme la péninsule Arabique. Cette région abrite en effet le Rub Al-Khali, surnommé le « quart vide ». Il représente la plus grande étendue ininterrompue de sable de notre planète. Très peu d’explorateurs ont osé braver les 60°C ambiants qui y règnent… 

L’infiniment petit 

Si petite qu’elle en devient presque inimaginable ! La plus petite forme de vie a été découverte en 2015 et ne mesure que 0,0009 microns cube, soit 0,000.000.000.000.000.000.000.1 m³. La bactérie a été découverte dans les eaux souterraines d’une ville du Colorado, aux Etats-Unis, et est dotée de sortes de petits filaments, qui lui permettent de se connecter à d’autres bactéries. Ce sont ces structures, appelées pilus, qui lui permettraient de trouver des éléments nutritifs, et donc de survivre. 

Les biologistes ont d’abord filtré le liquide prélevé dans le sol, avant de le congeler à -272°C. Ils ont ensuite observé leur découverte avec un microscope s’inspirant des techniques de la 2D et utilisant la microscopie électronique en transmission cryogénique 3D. Cette bactérie est pour le moment le plus petit organisme vivant jamais trouvé, mais peut-être en existe-t-il d’autres, tapis dans des sols jamais foulés par l’homme… Encore faudra-t-il inventer de nouvelles techniques pour les observer !

L’infiniment petit 

Si petite qu’elle en devient presque inimaginable ! La plus petite forme de vie a été découverte en 2015 et ne mesure que 0,0009 microns cube, soit 0,000.000.000.000.000.000.000.1 m³. La bactérie a été découverte dans les eaux souterraines d’une ville du Colorado, aux Etats-Unis, et est dotée de sortes de petits filaments, qui lui permettent de se connecter à d’autres bactéries. Ce sont ces structures, appelées pilus, qui lui permettraient de trouver des éléments nutritifs, et donc de survivre. 

Les biologistes ont d’abord filtré le liquide prélevé dans le sol, avant de le congeler à -272°C. Ils ont ensuite observé leur découverte avec un microscope s’inspirant des techniques de la 2D et utilisant la microscopie électronique en transmission cryogénique 3D. Cette bactérie est pour le moment le plus petit organisme vivant jamais trouvé, mais peut-être en existe-t-il d’autres, tapis dans des sols jamais foulés par l’homme… Encore faudra-t-il inventer de nouvelles techniques pour les observer !

Les nouvelles espèces animales

Vous pensiez que toutes les espèces animales étaient bien connues de l’homme ? Rien qu’en 2019, pas moins de 71 nouvelles espèces ont pourtant été découvertes par les scientifiques sur notre planète. Poissons, araignées, guêpes, ou encore limaces de mer : les chercheurs ne sont jamais à cours de découvertes. 

D’après les responsables de l’Académie des Sciences de Californie, encore 90% de la biodiversité mondiale reste inconnue. Entre les cinq continents, les cinq océans et les dizaines de mers qui forment la Terre, il est certain que les explorateurs ont encore des milliers d’animaux et végétaux à mettre en lumière. 

Les nouvelles espèces animales

Vous pensiez que toutes les espèces animales étaient bien connues de l’homme ? Rien qu’en 2019, pas moins de 71 nouvelles espèces ont pourtant été découvertes par les scientifiques sur notre planète. Poissons, araignées, guêpes, ou encore limaces de mer : les chercheurs ne sont jamais à cours de découvertes. 

D’après les responsables de l’Académie des Sciences de Californie, encore 90% de la biodiversité mondiale reste inconnue. Entre les cinq continents, les cinq océans et les dizaines de mers qui forment la Terre, il est certain que les explorateurs ont encore des milliers d’animaux et végétaux à mettre en lumière. 

La vie en dehors de la Terre

Nous avons vu que la Terre abrite encore de nombreux mystères et secrets… Imaginez dès lors ce qu’il en est lorsque l’on se place au niveau de l’univers ! Nouvelles formes de vie, étoiles, trous noirs, lacs, ou même galaxies : l’espace renferme encore plus de phénomènes énigmatiques que notre planète seule. 

En septembre 2020, une équipe d’astronomes britanniques a ainsi affirmé avoir détecté des organismes vivants logés sur la surface de Vénus. Il s’agirait d’un gaz inflammable, la phosphine, qui est produit sur Terre de manière artificielle, mais aussi de manière naturelle, par des bactéries. Le fait que ce gaz ait été détecté pourrait donc signifier qu’une forme de vie est bien présente sur la planète. Sa découverte prouve en tous cas qu’il nous reste encore bien des vérités à mettre au jour, sur la Terre et au-delà.

La vie en dehors de la Terre

Nous avons vu que la Terre abrite encore de nombreux mystères et secrets… Imaginez dès lors ce qu’il en est lorsque l’on se place au niveau de l’univers ! Nouvelles formes de vie, étoiles, trous noirs, lacs, ou même galaxies : l’espace renferme encore plus de phénomènes énigmatiques que notre planète seule. 

En septembre 2020, une équipe d’astronomes britanniques a ainsi affirmé avoir détecté des organismes vivants logés sur la surface de Vénus. Il s’agirait d’un gaz inflammable, la phosphine, qui est produit sur Terre de manière artificielle, mais aussi de manière naturelle, par des bactéries. Le fait que ce gaz ait été détecté pourrait donc signifier qu’une forme de vie est bien présente sur la planète. Sa découverte prouve en tous cas qu’il nous reste encore bien des vérités à mettre au jour, sur la Terre et au-delà.

Phénomènes mystérieux, fossiles millénaires, et espèces animales fascinantes : notre planète n’a pas fini de dévoiler tous ses secrets. Chaque découverte est un nouvel émerveillement, mais permet aussi aux chercheurs d’en découvrir plus sur le fonctionnement de la Terre et sur les meilleures manières de la préserver.  

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Les escargots : ennemis ou alliés du jardin ?

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube