Découvrez les techniques incroyables des plantes pour attirer les insectes

Abeilles, guêpes, papillons, coccinelles, scarabées… Les insectes sont nombreux à butiner sur les plantes, les arbres et les fleurs. Essentiels à la biodiversité, ils sont indispensables pour les cultures et participent à notre survie ! Mais savez-vous que les plantes font preuve de techniques incroyables pour les attirer ? 

Une grande variété d’insectes pour le plus grand bonheur des plantes

On distingue 4 grandes catégories d’insectes pollinisateurs. Les hyménoptères, les lépidoptères, les coléoptères et les diptères.  Dès que les beaux jours reviennent, tout ce beau monde se précipite dans les jardins pour butiner les arbres fruitiers, les plantes et les fleurs. Mais comment savent-ils quelles fleurs déguster ?

Immobiles et muettes, les plantes ont de nombreuses idées pour attirer leurs compagnons de fortune. Elles utilisent des armes de séduction qui ne laissent aucun insecte indifférent ! Grâce à leur couleur, leur forme, leur taille et leur parfum, les plantes déploient des trésors d’imagination.

Découvrez ces plantes mellifères à semer pour les abeilles et ces 10 beaux papillons à observer dans son jardin.

Une grande variété d’insectes pour le plus grand bonheur des plantes

On distingue 4 grandes catégories d’insectes pollinisateurs. Les hyménoptères, les lépidoptères, les coléoptères et les diptères.  Dès que les beaux jours reviennent, tout ce beau monde se précipite dans les jardins pour butiner les arbres fruitiers, les plantes et les fleurs. Mais comment savent-ils quelles fleurs déguster ?

Immobiles et muettes, les plantes ont de nombreuses idées pour attirer leurs compagnons de fortune. Elles utilisent des armes de séduction qui ne laissent aucun insecte indifférent ! Grâce à leur couleur, leur forme, leur taille et leur parfum, les plantes déploient des trésors d’imagination.

Découvrez ces plantes mellifères à semer pour les abeilles et ces 10 beaux papillons à observer dans son jardin.

Jouer la carte de l’exubérance et de l’excès

Comment taper dans l’œil d’un joli bourdon ? En arborant fièrement une grosse fleur très visible au milieu de son feuillage.
D’autres plantes misent plutôt sur la multiplicité : les Rosacées (fraisier sauvage, aubépine, rosier…) et les Ombellifères (fenouil, coriandre, persil…) préfèrent opter pour des fleurettes discrètes regroupées en inflorescence.

Les couleurs sont également essentielles pour attirer tous les regards. Certaines plantes sont expertes pour se détacher visuellement du paysage ! En attestent les boutons d’or, les bleuets, la sauge, la lavande et même le pissenlit.
L’astuce : alors que le paysage se décline généralement dans des tonalités de vert, les fleurs qui affichent des couleurs flashy se remarquent immédiatement.

Jouer la carte de l’exubérance et de l’excès

Comment taper dans l’œil d’un joli bourdon ? En arborant fièrement une grosse fleur très visible au milieu de son feuillage.
D’autres plantes misent plutôt sur la multiplicité : les Rosacées (fraisier sauvage, aubépine, rosier…) et les Ombellifères (fenouil, coriandre, persil…) préfèrent opter pour des fleurettes discrètes regroupées en inflorescence.

Les couleurs sont également essentielles pour attirer tous les regards. Certaines plantes sont expertes pour se détacher visuellement du paysage ! En attestent les boutons d’or, les bleuets, la sauge, la lavande et même le pissenlit.
L’astuce : alors que le paysage se décline généralement dans des tonalités de vert, les fleurs qui affichent des couleurs flashy se remarquent immédiatement.

Un parfum enivrant

Après l’aspect visuel, place aux odeurs pour se faire remarquer par les insectes. Particulièrement réceptifs aux parfums, les pollinisateurs ont la capacité de reconnaître à plusieurs dizaines de mètres une fleur ! Comme les chiens renifleurs, ils profitent d’un odorat puissant pour détecter une plante de jour comme de nuit.

Ils savent également identifier des plantes et des arbustes qui dégagent un nectar délicieux pas forcément très odorant ! C’est par exemple le cas du tilleul, du buddléia ou de l’acacia.

Un parfum enivrant

Après l’aspect visuel, place aux odeurs pour se faire remarquer par les insectes. Particulièrement réceptifs aux parfums, les pollinisateurs ont la capacité de reconnaître à plusieurs dizaines de mètres une fleur ! Comme les chiens renifleurs, ils profitent d’un odorat puissant pour détecter une plante de jour comme de nuit.

Ils savent également identifier des plantes et des arbustes qui dégagent un nectar délicieux pas forcément très odorant ! C’est par exemple le cas du tilleul, du buddléia ou de l’acacia.

Prendre des atours inattendus pour tromper les insectes

Certaines plantes font preuve d’une ingéniosité sans borne en animalisant leurs fleurs. Prenez par exemple les orchidées Ophrys apifera : elles utilisent le mimétisme pour se reproduire. Comment ? En prenant la forme de la femelle de l’insecte mâle afin d’inviter celui-ci à une « pseudo-copulation ». Malin ! En imitant la morphologie de la femelle de l’espèce pollinisatrice, les orchidées dégagent un parfum discret qui rappelle les phéromones sexuelles. Résultat, les jeunes insectes ne peuvent plus résister à la tentation. Ils succombent chargés de pollinies sans avoir conscience du rôle qu’ils viennent de jouer.

A noter que des insectes sont parfois pris au piège pendant plusieurs heures à l’intérieur des fleurs. Ils n’ont la possibilité de retrouver leur liberté qu’une fois la fécondation achevée !

Prendre des atours inattendus pour tromper les insectes

Certaines plantes font preuve d’une ingéniosité sans borne en animalisant leurs fleurs. Prenez par exemple les orchidées Ophrys apifera : elles utilisent le mimétisme pour se reproduire. Comment ? En prenant la forme de la femelle de l’insecte mâle afin d’inviter celui-ci à une « pseudo-copulation ». Malin ! En imitant la morphologie de la femelle de l’espèce pollinisatrice, les orchidées dégagent un parfum discret qui rappelle les phéromones sexuelles. Résultat, les jeunes insectes ne peuvent plus résister à la tentation. Ils succombent chargés de pollinies sans avoir conscience du rôle qu’ils viennent de jouer.

A noter que des insectes sont parfois pris au piège pendant plusieurs heures à l’intérieur des fleurs. Ils n’ont la possibilité de retrouver leur liberté qu’une fois la fécondation achevée !

Le mimétisme des plantes, une technique efficace et spectaculaire

Connaissez-vous l’Amorphophallus titanum ? Cette plante baptisée “fleur cadavre” a la capacité de développer une inflorescence pouvant atteindre plus de 3 mètres de haut. Pourquoi faire ? Et bien cette fleur connue comme l’une des plus grandes du règne végétal attire les mouches en produisant de la chaleur et une odeur de chair en décomposition

Idem avec la Rafflesia qui dégage une odeur nauséabonde et qui arbore une texture marron brun ou rouge viande pour attirer les mouches.

Le mimétisme des plantes, une technique efficace et spectaculaire

Connaissez-vous l’Amorphophallus titanum ? Cette plante baptisée “fleur cadavre” a la capacité de développer une inflorescence pouvant atteindre plus de 3 mètres de haut. Pourquoi faire ? Et bien cette fleur connue comme l’une des plus grandes du règne végétal attire les mouches en produisant de la chaleur et une odeur de chair en décomposition

Idem avec la Rafflesia qui dégage une odeur nauséabonde et qui arbore une texture marron brun ou rouge viande pour attirer les mouches.

Des plantes qui piègent les insectes !

Certes nous ne parlerons pas ici de plantes qui attirent les insectes pour disséminer leur pollen, mais plutôt de plantes qui s’en nourrissent… Les plantes carnivores comme les dionées, les grassettes et les nepenthes font preuve de formidables adaptations pour attirer, capturer et piéger les insectes qu’elles vont lentement digérer.

Peu ordinaires, elles développent des stratégies pour transformer leurs feuilles en piège. Couleurs vives, nectar, ultraviolets, elles ont même la capacité d’imiter les parfums d’autres fleurs. Sans compter qu’elles produisent un liquide viscoélastique qui ne laisse aucune chance aux insectes qui tombent dans leurs filets…

Découvrez nos conseils de culture des plantes carnivores pour observer chez vous ces merveilles de la Nature.

Des plantes qui piègent les insectes !

Certes nous ne parlerons pas ici de plantes qui attirent les insectes pour disséminer leur pollen, mais plutôt de plantes qui s’en nourrissent… Les plantes carnivores comme les dionées, les grassettes et les nepenthes font preuve de formidables adaptations pour attirer, capturer et piéger les insectes qu’elles vont lentement digérer.

Peu ordinaires, elles développent des stratégies pour transformer leurs feuilles en piège. Couleurs vives, nectar, ultraviolets, elles ont même la capacité d’imiter les parfums d’autres fleurs. Sans compter qu’elles produisent un liquide viscoélastique qui ne laisse aucune chance aux insectes qui tombent dans leurs filets…

Découvrez nos conseils de culture des plantes carnivores pour observer chez vous ces merveilles de la Nature.

Vous êtes épaté par les techniques incroyables des plantes pour attirer les insectes ? Prenez le temps d’observer la nature autour de vous et de regarder le ballet des bourdons, des abeilles et des papillons… auprès de ces fleurs exceptionnelles.

1 commentaire

  1. La nature est magnifique, dommage que certains ne la respecte pas.Alors qu’il y a une telle richesse autour de nous.Pour le plaisir d’admirer et de contempler ,et de voir à quel point les insectes peuvent nous surprendre et nous apprendre

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Top 5 des meilleures astuces pour occuper votre chien quand vous êtes absent

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube