Faire des câlins aux arbres : pourquoi vous allez vous y mettre

Enlacer un arbre, inspirer, expirer, se sentir plus heureux. Si cette pratique peut sembler surprenante, elle est pourtant reconnue scientifiquement. Nommée « sylvothérapie », elle consiste à câliner les arbres pour bénéficier de leurs énergies réparatrices. Inspirée des « bains de forêt » pratiqués par les Japonais, ses bienfaits sur la santé ne sont plus à prouver. Alors, un petit free hug, ça vous dit ? On vous donne toutes les bonnes raisons d’accueillir cette technique à bras ouverts !

#1. Diminuer sa fréquence cardiaque et sa tension artérielle

Femme marchant dans la forêt

Certains composés organiques volatiles sécrétés par les arbres, les fleurs et les plantes favoriseraient la baisse de la fréquence cardiaque, et de la tension artérielle. En effet, en agissant sur la production des hormones, ces molécules pourraient diminuer le taux de neurotransmetteurs comme l’adrénaline, qui font grimper le rythme du cœur. De plus, c’est prouvé, passer 2 heures en forêt, ça augmente l’oxygénation du corps. Hop, c’est parti pour une balade !

#2. Gérer son stress

Forêt

On ne peut nier l’effet apaisant d’une virée en forêt. Au contact de la nature, c’est tout notre corps et notre mental qui se mettent sur « pause ». S’exposer à tous les composés organiques volatiles des plantes, les respirer, et les ingérer en plus grande quantité lorsque nous câlinons un arbre, agit véritablement sur notre organisme. Cet environnement verdoyant entraîne une diminution de la production du cortisol, l’hormone du stress. Par la même occasion, on ressent une diminution de l’anxiété, de la dépression ou encore de la colère. Dans une société où il est difficile de s’accorder des moments de relâchement, une reconnexion à la nature s’avère pourtant nécessaire, et bénéfique. Pensez-y !

#3. Booster ses défenses immunitaires

Bras et mains d'une jeune femme enlaçant un arbre

Une étude japonaise a démontré une augmentation de l’activité des cellules tueuses naturelles et du taux d’immunoglobulines A, G et M présentes dans le sang d’étudiants, après une journée passée en forêt. Ces acteurs de l’immunité seraient développés suite à l’inhalation de terpènes émis par les arbres, des molécules que l’on retrouve également dans les huiles essentielles. Dingue non ? Tous nos sens sont donc influencés par un environnement green et sain. La sylvothérapie pourrait donc être prescrite pour une prévention santé contre de nombreuses pathologies.

#4. S’essayer à la méditation

Jeune femme respirant profondément en forêt

La méditation, tout le monde en parle, mais on ne sait pas toujours comment s’y prendre. Bingo ! La sylvothérapie représente l’outil idéal pour débuter cette pratique. Rien de plus simple. Une fois vos bras enlacés autour de l’arbre, fermez les yeux. Videz votre tête de tout le bla-bla intérieur et recentrez-vous sur votre respiration. Imaginez peu à peu votre enracinement dans la terre. Dites-vous que vos pieds sont ancrés dans le sol, tout comme les racines d’un arbre. Sentez cette sérénité qui vous envahit peu à peu. Respirez profondément, et sentez votre connexion avec la nature. À vous !

Comment pratiquer la sylvothérapie ?

Jeune femme enlaçant un arbre, la joue contre le tronc

En forêt, choisissez un arbre. Un arbre qui vous attire. Approchez-le doucement, puis enlacez-le. Collez ensuite votre joue contre l’écorce, fermez les yeux et respirez profondément. Restez comme ça, durant le temps que vous souhaitez. Ecoutez, savourez votre ressenti. Ah, une dernière chose, remerciez l’arbre câliné avant de le quitter.

Posez votre smartphone et enfilez vos chaussures, il n’a jamais été aussi urgent de se mettre au vert !

Laisser un commentaire