Les poteries Goicoechea

Les poteries artisanales Goicoechea, ce sont plus de 35 ans d’histoire avec Jardiland… Gages de qualité et d’authenticité, elles sont fabriquées à partir d’une argile 100% naturelle. Depuis trois générations, les Goicoechea tirent leur inspiration d’un territoire de tradition et de culture en alliant force, tendresse et émotion. Rencontre avec Michel Goicoechea, à Ossès, au cœur du Pays Basque, dans son atelier familial.

Michel Goicoechea qui regarde une corde

Les poteries Goicoechea c’est avant tout une histoire familiale, pouvez-vous nous en parler ?

Goicoechea c’est avant tout une histoire de famille réunit autour d’une passion. Mais avant d’être une passion, il s’agissait plutôt d’un instinct de survie. En effet, lorsque mon grand-père est arrivé dans notre petit village baptisé Banka en 1918, il lui a fallu trouver un métier autre que l’agriculture car il n’avait pas de terre afin de vivre. Il monta alors une scierie avec mon père, Jean-Baptiste. Ils vendaient aux briqueteries et faïencerie de Navarre du bois et du charbon pour alimenter leurs fours. C’est ainsi que mon père a découvert l’univers de la céramique dans les années 50, juste après la guerre, et qu’il en est tombé amoureux. Maintenant nous en sommes à la 3ème génération, avec mes enfants qui perpétuent ce savoir-faire. C’est un immense plaisir de travailler avec mon fils, ma fille mais aussi mon épouse, mes sœurs et toute mon équipe. Nous sommes très soudés.

Travailler avec vos enfants, c’est l’assurance de perpétuer l’entreprise dans le temps ?

Ici, au Pays Basque, on a, dans tous les genres de métier que ce soit l’artisanat ou l’agriculture cette envie de transmettre. Voir les nouvelles générations perpétuer nos métiers, notre savoir-faire, notre culture, est un grand bonheur. Mon père m’a lui-même transmis cet héritage. C’est un devoir de continuer à le faire vivre mais aussi un plaisir. Un plaisir d’exprimer ce que l’on a en nous, notre manière de voir la vie.

Justement, comment voit-on la vie chez Goicochea ?

Chez Goicoechea, on voit la vie belle, sensuelle… Travailler l’argile et son côté sauvage a quelque chose de beau… Cela génère de l’émotion. Nous éprouvons un plaisir permanent au quotidien et nous voulons que celui qui découvre le produit fini ressente également cette passion. De même, je suis persuadé que tout le plaisir qu’il y a eu dans le façonnage du contenant se répercute sur le végétal et sur les personnes qui vivent autour de lui. C’est une osmose permanente.

En quoi le Pays Basque influence t-il votre travail ?

Le Pays Basque c’est la beauté des paysages qui changent au gré des saisons. Il y a la montagne, la mer mais aussi l’architecture des maisons… La beauté dans la simplicité. Dans cet environnement, nous nous sentons stimulés au quotidien. Notre esprit créatif est constamment en éveil. Nous avons envie d’imaginer, de créer… cela influence directement notre travail.

Vue sur le Pays-Basque

Vous êtes également très attaché aux valeurs …

Pour moi, les valeurs cela signifie ne pas tricher, être dans le vrai. Avoir une véritable relation de confiance et d’estime avec nos clients et avec les gens qui nous côtoient est primordial. Le Pays Basque, lui, m’impose la notion de respect de la culture, de l’héritage du passé. Mais aussi de la qualité, au niveau des produits que l’on fabrique et de l’accueil que l’on réserve à nos clients. Enfin, la notion de durée est très importante à mes yeux : entretenir des relations pérennes, perpétuer un métier et un savoir-faire, transmettre une culture et une histoire familiale…

Comment voyez-vous l’avenir pour votre entreprise ?

J’ai envie de conserver une structure à taille humaine, familiale avec une ambiance conviviale et dynamique comme c’est le cas actuellement. Nous ne souhaitons pas grandir aux dépens des autres. Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde. Nous voulons éviter la standardisation et prônons au contraire la différence. En cela, chacun a le droit d’exprimer son unicité. Même à l’échelle de notre entreprise, nous nous apercevons que rien n’est figé. Il y a encore plein de choses à inventer, d’innombrables possibilités de création, de design différents…

Quel est le secret de la bonne ambiance qui règne au sein de votre équipe ?

Autant nous aimons la beauté des pièces que l’on fabrique, autant nous aimons cette communion que nous avons entre nous.  C’est une ambiance très conviviale. Nous sommes tous dans l’exaltation d’explorer de nouvelles pistes créatives et dans l’amour de ce que nous faisons. Le travail participatif et en équipe est ainsi contamment privilégié. Nous prenons d’ailleurs les décisions tous ensemble.

Ouvrier qui tire chariot avec pots dessus

Il y a beaucoup d’anciens ébénistes et charpentiers dans votre équipe, pourquoi ?

Effectivement, il y a environ deux tiers des gens chez nous qui viennent des métiers du bois car ce sont des gens qui ont l’habitude de travailler la matière. Ils ont instantanément le geste juste, efficace et ils ont de réelles aptitudes pour la technique de la céramique.

Quels sont les types de pots que vous proposez ?

Nous fabriquons en premier lieu le pot de fleurs, le pot de jardin. Nous jouons sur les formes, les tailles, la couleur de la terre, de l’émail… Grâce à notre travail de façonnage de l’argile, nous obtenons également des pièces d’exception qui se suffisent à elles-mêmes. Elles peuvent s’inclure sur une terrasse, dans un jardin, autour d’une piscine mais également dans un intérieur en tant qu’objet d’art que l’on a plaisir à regarder tous les jours. Un objet rayonnant qui envoie plein d’énergies positives !

Quelles sont les différentes étapes dans la confection des pots ?

Nous avons volontairement gardé des techniques artisanales qui ont été très souvent délaissées au moment de la production de masse et de l’automatisation des techniques. Privilégier la qualité de la pâte et l’esthétique des produits est notre priorité. Nous utilisons ainsi encore le calibrage, l’estampage, le tournage, le tournage corde… Lorsque ces techniques sont bien maîtrisées, cela offre des possibilités de création illimitées. Les machines que nous utilisons ne sont là que pour faciliter le travail et nous aider dans l’ergonomie.

Michel Gicoechea qui observe un pot

Parlez-nous de votre histoire avec Jardiland

Jardiland c’est une histoire ancienne… Cela fait plus de 35 ans que nous travaillons ensemble. Nous collaborions avec les premiers magasins avant que l’enseigne n’apparaisse. Nous avons vu l’évolution du marché du jardin en France et des attentes du public. Grâce à des relations étroites avec les magasins, nous avons pu nous adapter aux nouvelles demandes et tendances en faisant évoluer nos modèles et leur design afin qu’ils soient toujours dans l’air du temps.

POUR ALLER PLUS LOIN 

La gagnante du concours Goicoechea est Mathilde Mion. Bravo à elle !

 

 

Retrouvez les poteries Goicoechea sur le site de Jardiland !

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Rencontre avec Coralie de 'London Paris NYC'

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube