Qu’est-ce que la dendrochronologie ?

La dendrochronologie, vous connaissez ? Ce terme prend racine dans le grec ancien. « Dendron » signifie « arbre », « khronos » renvoie au « temps » et « logos » désigne « l’étude ». Derrière ce drôle de nom se cache donc une discipline scientifique très sérieuse, qui étudie les cernes de croissance des arbres afin de déterminer leur âge. Cela vous semble un peu flou ? N’ayez crainte, nous vous expliquons en détail ce dont il s’agit. 

Au fondement de la dendrochronologie : les cernes annuels de croissance

La dendrochronologie analyse les cercles concentriques qui se forment à l’intérieur des troncs d’arbres au fur et à mesure de leur croissance. Ces anneaux, plus communément appelés « cernes », sont les témoins de la pousse des arbres. Chaque printemps, les majestueux végétaux s’élargissent en se dotant d’une nouvelle couche de cellules. Au fil des saisons, les cernes de croissance s’accumulent. Les plus anciens se situent au cœur du tronc, les plus récents vers l’extérieur de celui-ci. Le nombre, l’épaisseur et la forme de ces anneaux varient en fonction de l’âge de l’arbre, mais également selon les conditions dans lesquelles ce dernier a poussé. L’analyse des cernes annuels de croissance permet donc d’obtenir de précieuses informations relatives à l’arbre lui-même et, au-delà, à l’histoire de son environnement. 

Au fondement de la dendrochronologie : les cernes annuels de croissance

La dendrochronologie analyse les cercles concentriques qui se forment à l’intérieur des troncs d’arbres au fur et à mesure de leur croissance. Ces anneaux, plus communément appelés « cernes », sont les témoins de la pousse des arbres. Chaque printemps, les majestueux végétaux s’élargissent en se dotant d’une nouvelle couche de cellules. Au fil des saisons, les cernes de croissance s’accumulent. Les plus anciens se situent au cœur du tronc, les plus récents vers l’extérieur de celui-ci. Le nombre, l’épaisseur et la forme de ces anneaux varient en fonction de l’âge de l’arbre, mais également selon les conditions dans lesquelles ce dernier a poussé. L’analyse des cernes annuels de croissance permet donc d’obtenir de précieuses informations relatives à l’arbre lui-même et, au-delà, à l’histoire de son environnement. 

La dendrochronologie, comment ça marche ? 

Deux méthodes existent pour observer les cernes d’un tronc d’arbre. La première consiste à tronçonner celui-ci. Cette pratique, fatale pour l’arbre étudié, n’est pas celle que privilégient les scientifiques. Ceux-ci favorisent une seconde méthode : l’utilisation de carottes de bois, c’est-à-dire de simples échantillons prélevés à l’intérieur du tronc. Chaque carotte de bois porte la trace des cernes de croissance de l’arbre sur lequel elle a été prélevée. Le décryptage de ces cernes permet de dessiner la courbe de croissance de l’arbre en question. Si celui-ci est daté avec certitude, sa courbe de croissance peut servir à construire une courbe de référence qui permettra procéder à la datation de pièces de bois dont l’histoire est inconnue. Si à l’inverse le chercheur souhaite dater la pièce de bois prélevée, il comparera sa courbe de croissance avec une courbe de référence obtenue à partir d’un échantillonnage d’arbres à la datation certaine. Les végétaux de même essence poussant dans le même environnement possèdent en effet des courbes de croissance parallèles. Si deux arbres présentent des courbes de croissance similaires, c’est donc qu’ils ont poussé à la même époque. L’un peut donc être daté grâce à l’autre. 

La dendrochronologie, comment ça marche ? 

Deux méthodes existent pour observer les cernes d’un tronc d’arbre. La première consiste à tronçonner celui-ci. Cette pratique, fatale pour l’arbre étudié, n’est pas celle que privilégient les scientifiques. Ceux-ci favorisent une seconde méthode : l’utilisation de carottes de bois, c’est-à-dire de simples échantillons prélevés à l’intérieur du tronc. Chaque carotte de bois porte la trace des cernes de croissance de l’arbre sur lequel elle a été prélevée. Le décryptage de ces cernes permet de dessiner la courbe de croissance de l’arbre en question. Si celui-ci est daté avec certitude, sa courbe de croissance peut servir à construire une courbe de référence qui permettra procéder à la datation de pièces de bois dont l’histoire est inconnue. Si à l’inverse le chercheur souhaite dater la pièce de bois prélevée, il comparera sa courbe de croissance avec une courbe de référence obtenue à partir d’un échantillonnage d’arbres à la datation certaine. Les végétaux de même essence poussant dans le même environnement possèdent en effet des courbes de croissance parallèles. Si deux arbres présentent des courbes de croissance similaires, c’est donc qu’ils ont poussé à la même époque. L’un peut donc être daté grâce à l’autre. 

À quoi sert la dendrochronologie ?

La dendrochronologie trouve des applications dans le domaine de l’archéologie, de l’histoire de l’art et du patrimoine. Elle est notamment utilisée pour identifier des monuments ou des œuvres d’art (un retable par exemple) à partir du bois qui a servi à leur conception. Pour ne citer qu’elle, l’étude dendrochronologique de la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris a permis d’en apprendre plus sur l’histoire de la construction de l’illustre édifice. Cependant, la dendrochronologie ne s’arrête pas là, elle permet également d’appréhender les conditions dans lesquelles un arbre a poussé. Un cerne moins épais peut en effet signifier que le végétal a traversé une année de sécheresse ou de grand froid qui a limité sa croissance. La dendrochronologie est ainsi utilisée dans le domaine de la climatologie afin d’étudier le climat passé et ses effets sur l’environnement (on parle de dendroclimatologie). Elle permet alors d’appréhender les conséquences du changement climatique futur sur l’environnement.

À quoi sert la dendrochronologie ?

La dendrochronologie trouve des applications dans le domaine de l’archéologie, de l’histoire de l’art et du patrimoine. Elle est notamment utilisée pour identifier des monuments ou des œuvres d’art (un retable par exemple) à partir du bois qui a servi à leur conception. Pour ne citer qu’elle, l’étude dendrochronologique de la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris a permis d’en apprendre plus sur l’histoire de la construction de l’illustre édifice. Cependant, la dendrochronologie ne s’arrête pas là, elle permet également d’appréhender les conditions dans lesquelles un arbre a poussé. Un cerne moins épais peut en effet signifier que le végétal a traversé une année de sécheresse ou de grand froid qui a limité sa croissance. La dendrochronologie est ainsi utilisée dans le domaine de la climatologie afin d’étudier le climat passé et ses effets sur l’environnement (on parle de dendroclimatologie). Elle permet alors d’appréhender les conséquences du changement climatique futur sur l’environnement.

La dendrochronologie amateur, c’est possible ?

Vous l’aurez compris, derrière son apparente simplicité la dendrochronologie est une science complexe. Cependant, si vous croisez un arbre tronçonné lors de vos promenades en forêt, pourquoi ne pas tenter de deviner son âge et les conditions dans lesquelles il a grandi ? Comptez les cercles concentriques qui apparaissent à l’intérieur du tronc. Lors de votre décompte, ayez l’œil, les cernes les plus anciens, ceux de « l’enfance » de l’arbre, sont parfois difficiles à distinguer. À raison d’un nouvel anneau de croissance par année, un arbre doté de 100 cernes sera centenaire ! Impressionnant non ? Si vous connaissez la date de coupe de cet arbre, essayez également de repérer les grands événements climatiques qui ont émaillé l’histoire de votre région. Vous pourrez peut-être trouver la trace de la grande sécheresse de 1976 ou celle de la canicule de 2003. Ces épisodes seront possiblement marqués par des cernes plus fins. 

La dendrochronologie amateur, c’est possible ?

Vous l’aurez compris, derrière son apparente simplicité la dendrochronologie est une science complexe. Cependant, si vous croisez un arbre tronçonné lors de vos promenades en forêt, pourquoi ne pas tenter de deviner son âge et les conditions dans lesquelles il a grandi ? Comptez les cercles concentriques qui apparaissent à l’intérieur du tronc. Lors de votre décompte, ayez l’œil, les cernes les plus anciens, ceux de « l’enfance » de l’arbre, sont parfois difficiles à distinguer. À raison d’un nouvel anneau de croissance par année, un arbre doté de 100 cernes sera centenaire ! Impressionnant non ? Si vous connaissez la date de coupe de cet arbre, essayez également de repérer les grands événements climatiques qui ont émaillé l’histoire de votre région. Vous pourrez peut-être trouver la trace de la grande sécheresse de 1976 ou celle de la canicule de 2003. Ces épisodes seront possiblement marqués par des cernes plus fins. 

La dendrochronologie nous rappelle que les arbres sont les témoins de notre histoire. Leur étude nous permet de comprendre notre passé afin de mieux appréhender notre futur. Alors, ouvrez l’œil, les arbres ont beaucoup à vous dire !

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Le jardin-forêt ou forêt nourricière, une variante de l'agroforesterie

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube