Rencontre avec Blanche et Amandine, fondatrices de Fleurivore

Aujourd’hui, on discute avec Blanche et Amandine, fondatrices de Fleurivore, un site Internet qui propose des bouquets aussi beaux que délicieux. Eh oui ! Après les avoir admirés, vous pouvez cuisiner et déguster les fleurs qui les composent. Pour #LaMinuteEssentielle, elles nous présentent leur histoire.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

Nous sommes Blanche et Amandine. Il y a quelques années, nous étions un binôme créatif dans le domaine de la publicité. Blanche était conceptrice rédactrice et j’étais directrice artistique. Parallèlement, nous étions (et nous le sommes toujours) toutes les deux passionnées par la terre et par la nature. En effet, Blanche a grandi dans un domaine viticole en biodynamie : la nature à l’état brut, elle connaît ça ! De mon côté, j’ai toujours été inspirée par les fruits, les fleurs, les feuilles… Lorsque j’ai découvert l’incroyable diversité des fleurs comestibles, j’en ai tout de suite parlé à Blanche. Le coup de foudre fut réciproque, et Fleurivore est né !

Pouvez-vous nous parler de Fleurivore ?

Fleurivore est le fruit d’un constat dramatique : 90 % des fleurs sur le marché français sont cultivées à l’étranger dans des conditions éthiques et écologiques qui laissent à désirer… Pourtant, le climat français permet d’avoir des bouquets magnifiques toute l’année, tout en respectant l’environnement. Par ailleurs, notre projet souhaite profondément démocratiser la fleur comestible. Elle n’est pas réservée aux grands restaurants : elle peut être accessible à tous ! Les saveurs et les couleurs sont si variées qu’il y en a pour tous les goûts. Avec Fleurivore, nous proposons des bouquets magnifiques et délicieux : que demander de plus ?

Comment déguster les fleurs ?

Toutes les fleurs ont un goût différent ! Par exemple, les cosmos ont un centre anisé avec un léger goût de fromage frais, ce qui en fait un parfait ajout sur une table d’apéritifs. Il existe également des fleurs avec un goût d’agrume, d’iode, de piment, d’ail… En fonction de la variété, les fleurs comestibles peuvent être ajoutées à des salades, à des plats en sauce, ou manger telles quelles. Il n’y a aucune limite ! Toutefois, toutes les parties d’une fleur ne sont pas comestibles, et toutes les plantes ne se consomment pas de la même manière. En effet, certaines peuvent être consommées fraîches, tandis que d’autres doivent être séchées. C’est le cas notamment avec les feuilles de framboisiers, que l’on peut utiliser en tisane.

Comment créez-vous vos bouquets ?

Dans un premier temps, lorsque je choisis mes variétés, je cherche à obtenir un bel équilibre entre l’esthétisme et les saveurs. L’objectif est qu’il soit à la fois beau et bon ! Je vais organiser ma création autour d’une fleur centrale, et composer le reste en fonction d’elle.
Les couleurs et les saveurs doivent être complémentaires, pour un résultat étourdissant !

Quelle est votre recette du bonheur ?

Goûter de nouvelles plantes, créer des descriptifs et des fiches recettes ainsi que partager notre passion nous rend profondément heureuses. De plus, on adore rencontrer nos clients lors d’ateliers de création que nous organisons. Quand nous travaillions en publicité, le fruit de notre travail n’était pas tout à fait palpable. Aujourd’hui, on met les mains dans le cambouis… Ou plutôt, le terreau ! On effeuille, on compose des bouquets, on discute avec nos clients, on communique sur les réseaux sociaux… Quand on crée une entreprise qui nous passionne, on fait plusieurs métiers et cela est très rafraîchissant.

Qu’est-ce qui vous rend fières ?

Notre activité est enrichissante, éthique et écologique : cela nous rend très fières ! De plus, nous avons la sensation d’aller dans le bon sens et de rendre les choses un peu plus justes, en adéquation avec les problématiques actuelles.

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Rencontre avec Emmanuel, directeur du dernier moulin à papier d’Auvergne

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube