Top 8 des recettes de grand-mères préférées des Français

Notre beau pays recèle nombre de merveilles culinaires. La cuisine fait véritablement partie de cet art de vivre que nous nous transmettons de génération en génération. Au quotidien, les bons petits plats de nos terroirs nous évoquent des souvenirs d’enfance et nous invitent à partager de délicieux moments de convivialité. Voici donc, pour vous ravir, les 8 recettes de grand-mères préférées des français. Attention, vous allez saliver !

#1 Le Gratin Dauphinois

Originaire du Dauphiné, une région montagneuse, ce plat roboratif est un classique de la cuisine grenobloise ! Le gratin dauphinois est aussi savoureux que sa recette est simple : des pommes de terre tranchées à la mandoline, de la crème fraîche ou du lait entier et une pincée de sel, voilà tout. La noix de muscade et l’ail viennent souvent sublimer cette préparation. Les plus audacieux ajoutent du fromage mais gare aux réprimandes des puristes : le fromage ne fait pas partie de la recette traditionnelle !

Un plat basique, mais au passé illustre… La première mention du gratin dauphinois date du 12 juillet 1788. Ce jour là, le Duc de Clermont-Tonnerre fait servir ce mets délicieux aux officiers municipaux de la ville de Gap qui ont su éviter un massacre révolutionnaire à Grenoble. Une histoire gratinée !

#1 Le Gratin Dauphinois

Originaire du Dauphiné, une région montagneuse, ce plat roboratif est un classique de la cuisine grenobloise ! Le gratin dauphinois est aussi savoureux que sa recette est simple : des pommes de terre tranchées à la mandoline, de la crème fraîche ou du lait entier et une pincée de sel, voilà tout. La noix de muscade et l’ail viennent souvent sublimer cette préparation. Les plus audacieux ajoutent du fromage mais gare aux réprimandes des puristes : le fromage ne fait pas partie de la recette traditionnelle !

Un plat basique, mais au passé illustre… La première mention du gratin dauphinois date du 12 juillet 1788. Ce jour là, le Duc de Clermont-Tonnerre fait servir ce mets délicieux aux officiers municipaux de la ville de Gap qui ont su éviter un massacre révolutionnaire à Grenoble. Une histoire gratinée !

#2 La Bouillabaisse

Marseille, la cité phocéenne, est connue pour sa Bonne Mère, ses pêcheurs et… sa bouillabaisse ! Plat provençal traditionnel, la bouillabaisse fleure bon l’été. Son nom qui chante renvoie à son mode de cuisson : « quand ça bout, tu baisses », dit-on sur le Vieux Port. La recette originale mêle soupe de poisson, poissons méditerranéens, tomate, fenouil, ail, oignons, laurier, thym, huile d’olive et bien sûr safran ! L’épice des rois donne à la bouillabaisse sa belle couleur rouille.

Il y aurait autant de recettes de bouillabaisse que de familles marseillaises : elle peut s’accommoder avec de la sèche, du crabe, des oeufs ou encore du homard. Certains préconisent même d’y intégrer de l’orange ou du pastis. Un véritable condensé de saveurs du Sud !

#2 La Bouillabaisse

Marseille, la cité phocéenne, est connue pour sa Bonne Mère, ses pêcheurs et… sa bouillabaisse ! Plat provençal traditionnel, la bouillabaisse fleure bon l’été. Son nom qui chante renvoie à son mode de cuisson : « quand ça bout, tu baisses », dit-on sur le Vieux Port. La recette originale mêle soupe de poisson, poissons méditerranéens, tomate, fenouil, ail, oignons, laurier, thym, huile d’olive et bien sûr safran ! L’épice des rois donne à la bouillabaisse sa belle couleur rouille.

Il y aurait autant de recettes de bouillabaisse que de familles marseillaises : elle peut s’accommoder avec de la sèche, du crabe, des oeufs ou encore du homard. Certains préconisent même d’y intégrer de l’orange ou du pastis. Un véritable condensé de saveurs du Sud !

#3 Le boeuf bourguignon

Monument de la gastronomie française, le bourguignon est un repas de fête. La recette semble pourtant simple : une viande de qualité, des oignons, des champignons, des carottes, de l’ail, un bouquet garni et de la lie de vin. Pour rester dans le terroir bourguignon, nos grands-parents privilégient un vin rouge de Bourgogne. Certains ajoutent même un ingrédient étonnant : du chocolat noir !

La viande n’est pas votre tasse de thé ? Tournez-vous vers un délicieux bourguignon végétarien à base de seitan ou de tofu. La recette est si parfumée que vous ne remarquerez pas l’absence de viande. Lancez-vous et laissez-vous surprendre !

#3 Le boeuf bourguignon

Monument de la gastronomie française, le bourguignon est un repas de fête. La recette semble pourtant simple : une viande de qualité, des oignons, des champignons, des carottes, de l’ail, un bouquet garni et de la lie de vin. Pour rester dans le terroir bourguignon, nos grands-parents privilégient un vin rouge de Bourgogne. Certains ajoutent même un ingrédient étonnant : du chocolat noir !

La viande n’est pas votre tasse de thé ? Tournez-vous vers un délicieux bourguignon végétarien à base de seitan ou de tofu. La recette est si parfumée que vous ne remarquerez pas l’absence de viande. Lancez-vous et laissez-vous surprendre !

#4 La ratatouille

Voici une recette qui sent bon la garrigue. Elle est idéale pour faire le plein de vitamines. La ratatouille est un plat provençal traditionnel, originaire de Nice. On la mitonne à partir de légumes estivaux : la tomate, l’oignon, la courgette, l’aubergine et le poivron. Le thym, le laurier, le basilic et bien sûr l’huile d’olive apportent un supplément d’arôme. Certains conseillent également d’ajouter une touche de pissalat, une sauce niçoise à base d’anchois.

Le secret pour une bonne ratatouille ? Faire cuire chacun des légumes séparément ! Faites d’abord revenir les oignons, puis les poivrons, l’aubergine, la courgette et la tomate, puis placez l’ensemble au four et le tour est joué !

#4 La ratatouille

Voici une recette qui sent bon la garrigue. Elle est idéale pour faire le plein de vitamines. La ratatouille est un plat provençal traditionnel, originaire de Nice. On la mitonne à partir de légumes estivaux : la tomate, l’oignon, la courgette, l’aubergine et le poivron. Le thym, le laurier, le basilic et bien sûr l’huile d’olive apportent un supplément d’arôme. Certains conseillent également d’ajouter une touche de pissalat, une sauce niçoise à base d’anchois.

Le secret pour une bonne ratatouille ? Faire cuire chacun des légumes séparément ! Faites d’abord revenir les oignons, puis les poivrons, l’aubergine, la courgette et la tomate, puis placez l’ensemble au four et le tour est joué !

#5 Le soufflé

Aérien et léger, le soufflé est un classique de la cuisine française raffinée. Son inventeur n’est autre qu’Antoine Beauvilliers, le premier restaurateur parisien. Au début du XIXe siècle, le célèbre cuisinier créé un soufflé à base de pommes de terre. Par la suite, la recette traditionnelle composée de béchamel et d’oeufs en neige ne cesse d’être revisitée : au fromage, à la courgette ou encore à la truffe. En version sucrée, elle sera aromatisée au chocolat, à l’orange, au grand-marnier ou au limoncello. Une diversité de saveurs à couper le souffle !

Vous souhaitez vous lancer ? Voici quelques astuces pour réussir votre soufflé : montez vos blancs en neige et ne les brisez pas lorsque vous les intégrerez à l’appareil, utilisez des moules à soufflé et surtout, n’ouvrez pas la porte du four lors de la cuisson.

#5 Le soufflé

Aérien et léger, le soufflé est un classique de la cuisine française raffinée. Son inventeur n’est autre qu’Antoine Beauvilliers, le premier restaurateur parisien. Au début du XIXe siècle, le célèbre cuisinier créé un soufflé à base de pommes de terre. Par la suite, la recette traditionnelle composée de béchamel et d’oeufs en neige ne cesse d’être revisitée : au fromage, à la courgette ou encore à la truffe. En version sucrée, elle sera aromatisée au chocolat, à l’orange, au grand-marnier ou au limoncello. Une diversité de saveurs à couper le souffle !

Vous souhaitez vous lancer ? Voici quelques astuces pour réussir votre soufflé : montez vos blancs en neige et ne les brisez pas lorsque vous les intégrerez à l’appareil, utilisez des moules à soufflé et surtout, n’ouvrez pas la porte du four lors de la cuisson.

#6 Le pot-au-feu

Le pot-au-feu est synonyme de patrimoine culinaire français. Ce plat populaire tire son nom du pot utilisé au Moyen-Age pour faire mijoter les repas dans l’âtre du feu. Le pot-au-feu est un mets rustique, composé d’ingrédients simples : de la viande blanchie, des navets, des carottes, des oignons, des poireaux, un bouquet garni, du poivre et du sel.

Si la cuisson du pot-au-feu est longue, il présente l’avantage d’être excellent consommé recuit le lendemain. Et, si vous vous lassez, vous pourrez aisément le transformer en hachis parmentier ou en gratin, malin !

#6 Le pot-au-feu

Le pot-au-feu est synonyme de patrimoine culinaire français. Ce plat populaire tire son nom du pot utilisé au Moyen-Age pour faire mijoter les repas dans l’âtre du feu. Le pot-au-feu est un mets rustique, composé d’ingrédients simples : de la viande blanchie, des navets, des carottes, des oignons, des poireaux, un bouquet garni, du poivre et du sel.

Si la cuisson du pot-au-feu est longue, il présente l’avantage d’être excellent consommé recuit le lendemain. Et, si vous vous lassez, vous pourrez aisément le transformer en hachis parmentier ou en gratin, malin !

#7 La galette des rois

La galette des rois cristallise les souvenirs d’enfance. Sous sa pâte feuilletée dorée se cache une délicieuse frangipane à base d’amandes, de sucre, d’oeufs et, bien sûr, de beaucoup de beurre.

Dans la tradition chrétienne la galette est partagée lors de l’Epiphanie, une fête célébrant l’apparition de l’enfant Jésus aux Rois mages. Mais la coutume de tirer les rois remonterait aux Romains. Ces derniers célébraient le solstice d’hiver lors des Saturnales. A l’occasion de cette fête populaire les soldats partageaient un gâteau et tiraient au sort un « roi » qui serait exécuté à la fin des festivités. Une histoire dont la fin fut bien heureusement oubliée au fil des siècles. Si aujourd’hui le roi reçoit une couronne, il fut un temps où il devait offrir à boire aux autres convives ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la fève, qui était initialement un vrai haricot, fût remplacée par une figurine en porcelaine. Certains rois, un peu pingres, préféraient l’avaler plutôt que de régaler l’assemblée !

#7 La galette des rois

La galette des rois cristallise les souvenirs d’enfance. Sous sa pâte feuilletée dorée se cache une délicieuse frangipane à base d’amandes, de sucre, d’oeufs et, bien sûr, de beaucoup de beurre.

Dans la tradition chrétienne la galette est partagée lors de l’Epiphanie, une fête célébrant l’apparition de l’enfant Jésus aux Rois mages. Mais la coutume de tirer les rois remonterait aux Romains. Ces derniers célébraient le solstice d’hiver lors des Saturnales. A l’occasion de cette fête populaire les soldats partageaient un gâteau et tiraient au sort un « roi » qui serait exécuté à la fin des festivités. Une histoire dont la fin fut bien heureusement oubliée au fil des siècles. Si aujourd’hui le roi reçoit une couronne, il fut un temps où il devait offrir à boire aux autres convives ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la fève, qui était initialement un vrai haricot, fût remplacée par une figurine en porcelaine. Certains rois, un peu pingres, préféraient l’avaler plutôt que de régaler l’assemblée !

#8 La tarte Tatin

Originaire de Sologne, la tarte Tatin est un dessert plein de malice ! Cette douceur à base de pommes charnues, de beurre, de sucre et de pâte brisée serait le fruit d’une étourderie. Au début du XIXe siècle, les soeurs Tatin tenaient un restaurant. Un jour, Stéphanie Tatin aurait été interrompue alors qu’elle confectionnait une tarte au pommes. Elle aurait alors enfourné les pommes en oubliant la pâte. S’apercevant de sa maladresse, elle aurait recouvert les pommes toutes caramélisées de pâte brisée. Une drôle d’histoire ! Le saviez-vous ? L’hôtel Tatin existe toujours et sert encore la tarte qui porte son nom !

#8 La tarte Tatin

Originaire de Sologne, la tarte Tatin est un dessert plein de malice ! Cette douceur à base de pommes charnues, de beurre, de sucre et de pâte brisée serait le fruit d’une étourderie. Au début du XIXe siècle, les soeurs Tatin tenaient un restaurant. Un jour, Stéphanie Tatin aurait été interrompue alors qu’elle confectionnait une tarte au pommes. Elle aurait alors enfourné les pommes en oubliant la pâte. S’apercevant de sa maladresse, elle aurait recouvert les pommes toutes caramélisées de pâte brisée. Une drôle d’histoire ! Le saviez-vous ? L’hôtel Tatin existe toujours et sert encore la tarte qui porte son nom !

Et vous, parmi ces recettes de grand-mères, quelle est votre favorite ? Que vos grand-parents vous aient ou non transmis leurs secrets de cuisine, passez derrière les fourneaux et faites vivre ces trésors du patrimoine culinaire français à votre manière !

Laisser un commentaire

<Article suivant<

Top 10 des champignons de nos forêts

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Pinterest
Share On Youtube